search-form-close
Au FFS, les décisions d’Ali Laskri contestées

Au FFS, les décisions d’Ali Laskri contestées

Les décisions de trois membres sur les cinq qui composent l’instance présidentielle du FFS sont fortement contestées depuis quelques jours. Ce samedi 30 mars, plusieurs militants, dont des membres du conseil national ont protesté à l’intérieur du siège national du parti pour dénoncer ce qu’ils ont appelé « les abus » commis selon eux par Ali Laskri, Mohand Amokrane Cherifi et Brahim Meziani, membres de l’instance présidentielle (IP).

La décision la plus contestée est le revirement de ces trois membres de l’IP du parti concernant la nomination de Haddadou Mehenni comme Premier secrétaire national par intérim du parti.

« J’ai été désigné premier secrétaire national par intérim par l’instance présidentielle du parti dans sa collégialité pour une période de transition de trente jours et pour préparer un conseil national », affirme M. Haddadou dans une déclaration à TSA. Selon lui, par la suite, « trois membres de l’instance présidentielle se sont réunis sans les deux autres membres pour désigner un autre premier secrétaire national ». Pour lui, cette décision a été prise « par trois membres de l’IP, sans les deux autres, donc en dehors du respect de l’article 47 des statuts du parti ».

Les contestataires reprochent également à Ali Laskri d’avoir reporté la tenue du conseil national, laissant le parti sans position politique concernant la révolte populaire contre le pouvoir. Le dernier conseil national, en dehors du conseil extraordinaire du 22 mars, remonte au 25 janvier, selon M. Haddadou, pour qui les décisions prises lors de ce conseil et qui portaient, notamment, sur le boycott massif et actif des élections ont été rendues « caduques » après l’annulation des élections par Bouteflika.

« Ali Laskri ne veut pas qu’on se réunisse en conseil national extraordinaire parce qu’il n’a pas la majorité », explique M. Haddadou, qui affirme avoir convoqué « un conseil national extraordinaire pendant lequel se sont réunis, le 22 mars, 76 membres et au terme duquel des résolutions politiques et organiques ont été adoptées ».

Laskri a-t-il rencontré Ghoul ?

Une des questions soulevées par les contestataires du FFS est la rencontre présumée entre Ali Laskri et Amar Ghoul à l’automne dernier au moment où le pouvoir cherchait à obtenir un consensus pour reporter l’élection présidentielle. Une accusation formulée par plusieurs membres du FFS contactés par TSA.

« Il y a eu des négociations pour adopter la feuille de route du consensus national mais comme nous avons tenu un conseil national pour la dénoncer. Un clan du pouvoir a donné la feuille de route à Makri qui l’a proposé à son tour avant que son parti ne la rejette. Par la suite, le même clan a donné la même feuille de route à Amar Ghoul », avance M. Haddadou.

Amar Ghoul a par la suite fait la promotion d’une feuille de route préconisant le report des élections et la tenue d’une conférence nationale. « Amar Ghoul a dit que même le FFS a accepté cette feuille de route », rappelle notre interlocuteur. C’est cette déclaration de Ghoul qui est à l’origine des soupçons d’une rencontre entre ce dernier et Laskri.

« Depuis, nous n’avons pas de démenti de la part de la direction du FFS », dénonce aujourd’hui M. Haddadou, pour qui, « ils (Laskri, Brahimi, Cherifi), ont reporté le conseil national au 13 avril parce que, malheureusement, il y a ceux qui sont dans une autre feuille de route que celle de la rue ».

TSA a tenté de joindre Ali Laskri qui n’a pas répondu favorablement à ses demandes d’entretien.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close