search-form-close
Au Québec, la colère de milliers de candidats à l’immigration

Au Québec, la colère de milliers de candidats à l’immigration

« Ca me donne la rage », témoigne Emmanuelle Robidou: comme elle, des milliers de candidats à l’immigration au Québec fulminent après l’annulation par le gouvernement de 18.000 dossiers, une décision lourde de conséquences pour nombre d’entre eux.

Début février, des milliers de personnes ont reçu un courriel du gouvernement leur annonçant la suspension de l’examen de leurs demandes d’immigration au Québec, porte d’entrée privilégiée par les immigrants francophones pour s’installer au Canada.

« La procédure avait traîné tellement en longueur que je me voyais forcée de toute façon de quitter le territoire momentanément parce que mon permis expirait », raconte Perrine Larsimont, arrivée de Belgique en 2016. L’annulation de son dossier, déposé après ses études à Montréal, la force à quitter bientôt le Canada, à l’expiration de son permis de travail post-diplôme.

« Ce qui change, c’est qu’avant, je partais tout en sachant que mon dossier courait toujours. Là, je pars en me disant que je n’ai plus de dossier migratoire », explique-t-elle.

Pour justifier sa décision, le nouveau gouvernement de François Legault a pointé le retard dans le traitement des dossiers accumulés avec les années. Il a souligné sa volonté de réformer le système d’immigration pour mieux l’adapter aux besoins du marché du travail.

Le parti de centre-droit de M. Legault a été porté au pouvoir en octobre avec la promesse de réduire de plus de 20% le nombre d’immigrants et de réfugiés que le Québec accueille chaque année. « En prendre moins, mais en prendre soin », avait-il répété.

Tous les dossiers reçus avant août 2018 ont donc été annulés, et les candidats déboutés, qui ont postulé du monde entier, ont été invités à déposer une nouvelle demande en vertu du nouveau système de sélection.

Parmi les demandes ainsi écartées, « 3.700 dossiers, représentant environ 5.500 personnes, ont été déposés à partir du Québec », a confirmé le ministère québécois de l’Immigration.

De nombreux candidats malheureux ont depuis envoyé des centaines de courriels à des députés et médias canadiens pour exprimer leur détresse et leur impuissance. Une action collective en justice est également envisagée.

– « Grosse douche froide » –

« Il n’a pas été fait beaucoup de cas des travailleurs qui étaient toujours ici, des personnes qui avaient déjà investi pas mal de temps et d’argent sur le territoire », estime Perrine Larsimont. Elle n’exclut pas de déposer une demande auprès d’une autre province canadienne pour éventuellement obtenir une réponse plus rapide.

« On envoie le message que c’est plus compliqué d’immigrer au Québec qu’ailleurs au Canada, surtout qu’on vit une pénurie de main d’oeuvre et que l’immigration est une partie de la solution », relève Paule Robitaille, députée de l’opposition libérale, qui qualifie « d’amateur » la solution du gouvernement.

En visite à Paris en janvier, M. Legault avait pourtant courtisé les potentiels immigrants français, qui constituent une main d’oeuvre francophone et qualifiée de choix pour la province canadienne.

« Une fois que tu es là, c’est la grosse douche froide », raconte Emmanuelle Robidou, arrivée avec un premier visa en 2010. « On a aucun soutien, on se fait jeter comme des malpropres alors qu’on travaille pour des compagnies d’ici (…) C’est aberrant, ça me donne la rage. »

Faute d’obtenir un Certificat de sélection du Québec, indispensable pour demander la résidence permanente, elle devra quitter le pays d’ici la fin avril, avec son conjoint et de son fils de 5 ans.

Malgré une ferme volonté de s’installer au Québec, « une fois que je vais être rentrée en France, c’est terminé », déclare Mme Robidou. « Je ne veux pas re-déménager, ça coûte quand même 2.500 euros à chaque fois. On ne gagne pas des salaires de ministres, malheureusement. »

L’annulation des dossiers, parfois en attente depuis des années, permet de recommencer à zéro avec un système plus rapide, juge de son côté Nadia Barrou, avocate en immigration. Pour elle, il fallait du « courage pour mettre fin à cette attente interminable ».

Mais si Mme Robinou reconnaît être « d’accord » sur la nécessité de « faire quelque chose », elle s’indigne de la solution choisie: « on ne jette pas des papiers comme ça à la poubelle », s’exclame-t-elle. « Ce n’est pas humain de faire ça. »

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close