search-form-close
Bouteflika accordera-t-il une audience à Le Drian ?

Bouteflika accordera-t-il une audience à Le Drian ?

Après Le Caire et Tunis, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, sera à Alger ce lundi 12 juin pour une visite de 24 heures, la première pour un membre du gouvernement d’Emmanuel Macron.

La relance des relations bilatérales, le dossier libyen et la situation au Sahel seront parmi les points inscrits à l’ordre du jour de cette visite d’une journée et programmée dans un agenda d’une tournée africaine et arabe du chef de la diplomatie française.

Le Drian, qui a visité l’Algérie en mai 2014 en qualité de ministre de la Défense, doit préparer également la visite « les prochaines semaines » d’Emmanuel Macron en Algérie. Le projet de ce déplacement a été évoqué jeudi 8 juin lors d’un entretien téléphonique entre le chef d’État algérien et son homologue français. Les deux présidents ont abordé, d’après un communiqué de la présidence de la République, les dossiers du Mali et de la Libye et ont souligné « leur détermination commune pour conjuguer leurs efforts en vue d’extirper le terrorisme de la région du Sahel ».

En visite à Gao, au Mali, le 19 mai dernier, Emmanuel Macron avait appelé l’Algérie à s’impliquer pleinement dans la lutte contre le terrorisme et à accélérer l’application des Accords de paix d’Alger.

« J’aurais une exigence renforcée à l’égard des États du Sahel et de l’Algérie. On ne peut pas manifester quelque faiblesse que ce soit à l’égard de groupements terroristes, quelles que soient les raisons politiques domestiques », a déclaré le président français. Ces déclarations officielles n’ont pas suscité de réactions en Algérie malgré leur importance et le ton utilisé par le président français.

| LIRE AUSSI : Lutte contre le terrorisme : Macron hausse le ton à l’égard de l’Algérie et des pays du Sahel

« L’exigence renforcée » de Macron sera probablement expliquée à Alger par Jean-Yves Le Drian lors de ses entretiens avec les responsables algériens.

Mais, le chef de la diplomatie française sera-t-il reçu par le président Abdelaziz Bouteflika ? Comme lors de chaque visite à Alger, les Français ont certainement demandé un entretien avec Bouteflika. Et comme à l’accoutumé, la réponse ne sera connue qu’à la dernière minute, quelques heures seulement avant une éventuelle audience.

Depuis le tweet de Manuel Valls, ancien Premier ministre français, d’avril 2016, montrant le chef de l’État algérien dans une situation physique difficile, Bouteflika n’a reçu aucun responsable français en visite en Algérie. Mais Le Drian fait partie d’un nouveau pouvoir en France. L’argument du tweet de Valls pourrait ne pas convaincre et relancer les rumeurs sur l’état de santé de Bouteflika.

Ces derniers mois, le chef de l’État algérien a réduit ses apparitions et ses audiences accordées aux étrangers. Denis Sassou N’Guesso, président de la République du Congo, est le dernier responsable étranger reçu par le président Bouteflika, c’était le 28 mars 2017.

Les interrogations demeurent toujours présentes sur l’état de santé du chef d’État algérien qui n’a pas présidé le Conseil des ministres depuis le 28 décembre de l’année dernière. Il n’a toujours pas rencontré les membres du nouveau gouvernement, alors que l’usage voudrait qu’on lui « présente » l’équipe, surtout les nouveaux ministres.

Une audience accordée à Jean Yves Le Drian pourrait être perçue comme « un signe » ou « un message » adressé aux partenaires étrangers de l’Algérie sur « la capacité » du président de la République de pouvoir encore gérer les affaires du pays, à moins de deux ans des élections présidentielles.

  • Les derniers articles