search-form-close
Caméras cachées violentes : le CNDH demande l’intervention de la justice

Caméras cachées violentes : le CNDH demande l’intervention de la justice

Les caméras cachées violentes diffusées par les chaînes de télé privées depuis le début du Ramadan inquiètent le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH). Dans un communiqué publié ce lundi, le CNDH dit constater “avec préoccupation” les images et discours contenus dans des programmes diffusés par certaines chaînes de télévision, “qui incitent publiquement à la violence contre les femmes et la banalisent même“. Elle appelle à ce que des mesures soient prises pour mettre un terme à ces dépassements.

Le CNDH déplore que “des programmes de certaines chaînes de télévision censés être de divertissement, notamment durant le mois sacré du Ramadan,  portent atteinte à la dignité des femmes et incitent publiquement, à travers des images et des discours, les adultes comme les enfants à la violence contre les femmes et la banalisent, alors que l’influence des médias sur le développement psychologique de l’enfant est certaine“.

Le CNDH exhorte le pouvoir judiciaire à “appliquer les lois en vigueur en vue de mettre fin à toutes formes de discrimination véhiculée par certains médias, notamment sur la base du sexe, la race, la couleur ou le handicap“.

La CNDH appelle aussi l’Autorité de régulation de l’audiovisuel à “assumer ses prérogatives émanant de sa mission telle que définie par les textes portant sa création, dont celle de veiller à la conformité aux lois et règlements en vigueur de tout programme audiovisuel diffusé, quel que soit le support utilisé”.

Dans cet ordre d’idées, le CNDH recommande d’intégrer aux cahiers des charges des opérateurs médiatiques “des clauses bannissant toutes formes de discrimination, conformément aux dispositions du Code pénal“.

Le CNDH fonde sa position sur la Constitution, notamment ses articles 32, 34, 40 et 41, ainsi que sur le référentiel juridique international, régional et national en la matière, particulièrement le Code pénal qui stipule que la discrimination et l’incitation publiques à la discrimination, perpétrées par des personnes physiques ou morales, sont punies conformément aux articles 295 bis 1 et 2.

| LIRE AUSSI : Caméra cachée : banalisation de la violence contre les femmes sur Ennahar TV

close