search-form-close
Seddik Chihab : « Mihoubi est un usurpateur qui se prévaut du soutien de l’institution militaire »

Seddik Chihab : « Mihoubi est un usurpateur qui se prévaut du soutien de l’institution militaire »

Comment s’annonce la session extraordinaire du conseil national du RND prévue le 6 juillet ?

Il faut d’abord faire remarquer que cette session est anti statutaire et que le bureau national n’a pas le droit de convoquer cette session.

Pourquoi ?

Les statuts du RND n’ont pas prévu pareille situation. Je pense que la décision de tenir cette session s’est faite en catimini. Les membres du bureau national n’ont pas été tous convoqués à la réunion ayant décidé la tenue de cette session. Il n’y a eu que 5 à 6 personnes. Les autres membres du bureau national ont appris la décision dans les couloirs. En somme, la réunion du bureau s’est limitée à quelques membres qui font valoir leur fidélité à l’ancien secrétaire général du RND et il s’agit d’un groupuscule qui ne représente personne. À mes yeux leur décision est caduque et irrecevable.

La page Ouyahia est-elle tournée pour les membres du bureau national ?

Non. Ils estiment que tout accusé est innocent jusqu’à preuve de sa culpabilité. En sus, ce sont des gens qui privent les militants et cadres du parti d’un véritable débat de fond sur la situation du RND. Je peux dire qu’il y a un étouffement des voix des militants. Les membres de ce groupuscule sont là juste pour préserver leurs acquis et positions en attendant des jours meilleurs.

Comment vont évoluer les choses au RND, selon vous ?

Les choses vont très mal évoluer. On peut faire élire un SG par intérim. On peut faire tout ce que l’on veut lorsqu’on a la force de notre côté, mais on ne pourra pas faire de notre parti, une formation utile au pays, au peuple et à la Nation. Le parti est actuellement dans un état des plus lamentables. Les militants se sentent trahis par la confiance qu’ils ont placée en leur secrétaire général, Ahmed Ouyahia. Ils découvrent brutalement qu’il est contraire à tout ce pourquoi ils ont milité. Il y a une grande déception de la part des militants qui désertent le parti en silence. Je dénonce, par ailleurs les usurpateurs et militants occasionnels qui ne sont là que par désignation d’en haut et prétendent jouer un rôle alors qu’ils n’ont jamais connus la vie organique du RND. Et actuellement, ils prétendent jouer les premiers rôles au motif qu’ils sont soutenus.

De qui parlez-vous ?

Je parle d’Azzedine Mihoubi qui répète à qui veut l’entendre et crie sur tous les toits qu’il a le soutien de l’institution militaire. Il répète qu’ils lui ont demandé de faire ceci et cela. Je pense que le pays a besoin de gens qui apportent une plus value et pas de gens qui se prévalent d’un quelconque soutien avant d’agir. Dans ce cadre, il faut noter que les promoteurs de la session du conseil national du 6 juillet font circuler l’idée que « s’ils nous ont donné le Centre International des Conférences (CIC) c’est qu’on a le soutien de l’institution militaire ».

C’est Mihoubi qui tient ce genre de propos ?

Oui, c’est lui-même qui dit qu’il est soutenu d’en haut et ne s’en cache pas.

Quels sont les objectifs de Mihoubi ?

Faire main basse sur le RND.

Que pensez-vous du récent appel au dialogue de Gaid Salah ?

L’appel de Gaïd Salah est la voix de la raison. Aujourd’hui, on ne peut pas refuser un dialogue quelles que soient les divergences de points de vue. La raison doit l’emporter lorsque l’enjeu concerne la stabilité et le développement du pays. Nous devons tirer les enseignements du passé et chaque acteur de la scène politique doit retrouver le bon sens. Et pour paraphraser Ali Benflis, effectivement, nous avons besoin d’un grand compromis.

Qu’est ce qui empêche ce compromis ?

Je pense que les choses sont en train d’avancer et d’avancer bien. La démarche est en train de murir entre les différents acteurs qui se sont constitués. Tous les acteurs de la scène politique se sont rendus à l’évidence que le dialogue est un passage obligé et dans ce cadre, l’appel de Gaïd Salah a été entendu. Il y a une maturation de l’appel de Gaïd Salah et il se trouve sur la bonne voie.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close