search-form-close
  • Brent: $63,21-0,02%
  • Taux de change: 1 € = 135,89 DZD (Officiel), 208 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Comment Guterres a édulcoré le rapport de Ross sur le Sahara occidental

António Guterres, le nouveau Secrétaire général des Nations unies, ménage davantage le Maroc que son prédécesseur, Ban Ki-moon. Il vient d’en administrer la preuve en édulcorant sur deux points le rapport annuel qui lui avait été soumis sur le Sahara occidental.

Le Conseil de sécurité de l’ONU se penchera sur ce document dans les prochains jours et votera le 27 avril une résolution qui prolongera le mandat de la Minurso, le contingent de « casques bleus » déployés dans cette ancienne colonie espagnole.

Le rapport a été d’abord rédigé par l’Américain Christopher Ross, envoyé spécial du Secrétaire général pour le Sahara, en collaboration avec un autre Américain, Jeffrey Feltman, qui dirige à l’ONU le département des affaires politiques.

Dans sa première mouture le texte mentionnait sans l’assumer la prise de position, le 20 mars dernier, du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine qui avait appelé à « la tenue du référendum d’autodétermination » au Sahara ; à la reprise « de pourparlers directs et sérieux, sans conditions préalables » entre Rabat et le Front Polisario ; et à élargir le mandat de la Minurso pour qu’elle puisse s’occuper des droits de l’Homme. Ce paragraphe a été supprimé au 38 e étage du gratte-ciel des Nations unies, à New York, là où Guterres a son bureau, selon des sources diplomatiques.

Le projet de rapport évoquait aussi l’arrêt du 21 décembre dernier de la Cour de justice de l’Union européenne qui stipule que l’accord agricole signé entre Bruxelles et Rabat n’est pas applicable au Sahara occidental car ce territoire ne fait pas partie du Maroc. Dans ce cas aussi Guterres a fait enlever ce paragraphe, signalent les mêmes sources.

Le Secrétariat général de l’ONU a toujours cherché à garder ses distances vis-à-vis de l’Union africaine qui cherche à avoir son mot à dire dans le conflit du Sahara. Que Guterres ait biffé ces phrases-là n’a rien d’étonnant d’autant plus que le Maroc avait boycotté la réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’UA.

Plus surprenante est, en revanche, la suppression du rappel de l’arrêt. Dans son rapport de 2016 le Secrétaire général consacrait une large place au premier arrêt, qui remonte à décembre 2015, contre lequel le Conseil des ministres de l’UE avait fait appel. Il aurait été donc cohérent que l’année suivante le rapport mentionne son dénouement juridique, mais Guterres a préféré ne pas le faire sans doute pour ne pas froisser Rabat et ses alliés au sein du Conseil de sécurité.

Cette omission indigne Carlos Ruiz Miguel, professeur de droit constitutionnel à l’université de Saint Jacques de Compostelle en Espagne, qui analyse le rapport dans son blog. « C’est scandaleux car l’arrêt [de la Cour de justice] s’inspire notamment dans le droit international tel que défini par les Nations unies », écrit-il.

Une fois le texte définitif du rapport rendu public, Rabat n’a pas formulé d’objections. Les indépendantistes sahraouis sont, en revanche, mécontents que Guterres y exprime sa « profonde préoccupation » face au refus du Polisario d’obtempérer à son appel et de se retirer d’El Guerguerat. Le Polisario s’est installé fin août à cet endroit, à mi-chemin entre le mur militaire marocain au Sahara et la douane mauritanienne, pour empêcher ses adversaires de goudronner la route qui relie la fortification et la frontière de la Mauritanie. À l’époque, cette initiative de Rabat n’avait pas fait broncher l’ONU.

Guterres a fait d’autres clins d’œil au Maroc. Le plus important est sans doute d’avoir demandé à Christopher Ross, l’envoyé spécial honni par Rabat, de lui remettre une lettre de démission sans date ce que fit immédiatement le diplomate américain. Ses fonctions prendront fin quand sera nommé son successeur.

Pour le remplacer Guterres a proposé aux deux parties Horst Köhler, ancien président allemand et ex directeur du Fond monétaire international. Le Maroc et le Polisario ont donné leur accord de principe, mais ce denier n’est guère enthousiasmé par ce choix. Il rêvait de John Bolton, ancien ambassadeur de George Bush à l’ONU, ou d’un autre américain car ceux-ci jouissent de l’appui du Département d’État et peuvent, en théorie, faire davantage pression sur leurs adversaires. Malgré cela Ross n’a pas réussi à avancer d’un pouce pendant son mandat comme envoyé spécial.

Pendant qu’au secrétariat général de l’ONU on peaufinait le rapport sur le Sahara, quelques étages plus bas, les ambassadeurs du Maroc,  Omar Hilale, et de Cuba, Anayansi Rodríguez Camejo, mettaient la dernière touche à un communiqué, diffusé tard vendredi, annonçant le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Rabat les avait rompues il y a 37 ans quand La Havane avait reconnu la République arabe démocratique sahraouie créée par le Front Polisario.

| LIRE AUSSI : Le Maroc et Cuba rétablissent leurs relations diplomatiques

C’est « conformément aux Très Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohamed VI » que les relations ont été rétablies, selon le ministère des Affaires étrangères du Maroc. Le souverain a conclu, le jeudi 13 avril, un court séjour de vacances familiales à Cuba que, selon « Le 360 », un journal en ligne très proche du Palais, il aurait mis à profit pour avoir « des rencontres diplomatiques avec des hauts responsables cubains ». Cette publication ne donne aucun nom et les autorités de La Havane n’ont pas mentionné ces réunions.

C’est donc Rabat, à en juger par le communiqué, qui est revenu sur la rupture décidée unilatéralement en 1980. La Havane avait prévenu l’Algérie et le Polisario qu’elle répondrait positivement à la demande marocaine sans que cela ne change sa position sur le fond, c’est-à-dire son appui au mouvement indépendantiste sahraoui dont elle est le principal faire-valoir en Amérique Latine. Quand une partie de la presse marocaine laisse entendre que le roi a marqué un point à Cuba, les responsables du Polisario rappellent que leur principal allié, l’Algérie, a toujours eu des relations diplomatiques avec le Maroc.

L’initiative marocaine s’inscrit « dans le cadre de la diplomatie pro-active » voulue par Mohamed VI, « ouverte sur de nouveaux partenaires et espaces géographiques », poursuit le communiqué des Affaires étrangères. Le grand pas dans cette ouverture a été franchi fin janvier quand le Maroc est rentré à l’Union africaine qu’il avait quitté en 1984 à cause de la présence de la RASD.

Presque 18 ans après son arrivée sur le trône, Mohamed VI s’emploie à occuper toutes les chaises vides laissées par son père, le roi Hassan II, dans des organismes internationaux, comme l’Union africaine, ou en matière de relations bilatérales, comme avec Cuba. Il cherche même à s’introduire là où le Maroc n’a jamais été présent comme à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Rabat s’est porté candidat fin février.

Cette stratégie part du constat que le boycott de ces institutions n’a pas servi les intérêts du Maroc et qu’il faut y revenir pour faire contrepoids à ses adversaires, à commencer par l’Algérie. Les résultats de la réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine du mois de mars montrent, apparemment, que c’est loin d’être acquis, mais la diplomatie marocaine compte persévérer. C’est sur le long terme qu’il faudra juger si le roi a gagné son pari.

Quand le Maroc normalise ses relations avec Cuba il se fâche, en revanche, avec le Venezuela, le deuxième grand chantre du Polisario en Amérique Latine. Dans un communiqué publié 24 heures avant de celui sur Cuba, les Affaires étrangères marocaines dénoncent que les richesses du Venezuela soient « accaparées par une oligarchie minoritaire au pouvoir » et que les Vénézuéliens sont « privés de leurs droits humains les plus élémentaires ».

Caracas ne tarda pas à répondre à Rabat soulignant, dans un autre communiqué, qu’un « Royaume occupant » le Sahara et, qui plus est, un « État absolutiste » ne pouvait « prétendre donner des leçons ». Rabat et Caracas entretiennent pourtant des relations diplomatiques.

close
close