search-form-close
Comment l’ANP a fait avorter une réunion des chefs d’Aqmi à Khenchela

Comment l’ANP a fait avorter une réunion des chefs d’Aqmi à Khenchela

Huit terroristes ont été abattus dans une embuscade de l’ANP vendredi 26 janvier à Khenchela. Selon nos informations, ce nouveau coup dur porté par le services de sécurité aux groupes armés a permis d’avorter une rencontre des chefs terroristes à Chachar dans la wilaya de Khenchela. Cette opération est le résultat d’un important travail d’investigation mené par les services algériens et tunisiens en charge de la lutte contre le terrorisme.

Les huit terroristes ont répondu à l’appel du tristement célèbre Abdelmalek Droudkel, chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), selon nos sources. L’élimination de ces huit terroristes est intervenue cinq jours après la liquidation de Billel Kobi, qui a été abattu par les services de sécurité tunisiens, à la frontière avec l’Algérie.

Ce dernier avait été chargé par Droukdel d’une mission qu’il n’a jamais menée jusqu’au bout, qui est celle d’organiser une réunion des chefs terroristes à Khenchela. Cette réunion avait pour objectif de réorganiser les rangs d’Aqmi, durement touchée par les opérations antiterroristes menées par l’ANP. Mais aussi, Aqmi a été affaiblie par les défections de certains de ses membres, qui ont rejoint l’organisation rivale Daech.

Depuis sa fuite en Tunisie en 2016, après un passage de quelques mois dans les maquis de Skikda, le chef d’Aqmi comptait sur ses plus proches et fidèles connus sous les pseudonymes de Djouadi et Daoued.

Il s’agit, selon nos sources, de deux terroristes ayant activé à l’ouest du pays au sein de la phalange « Houmate Daâwa Salafia », qui a été créée à Aïn Defla. L’échange d’informations entre les services de sécurité algériens et tunisiens et les alertes données par l’Algérie, mettant en garde la Tunisie sur les activités terroristes, se sont avérées solides.

Pendant la préparation de cette rencontre, l’Armée nationale populaire a déployé d’importants moyens notamment pour intercepter les communications entre les terroristes, ce qui lui a permis de connaître le lieu et la date de la réunion. La discrétion et la maîtrise du renseignement ont favorisé la tâche des soldats, en charge de l’opération. Après des tirs de sommation, ils ont donné l’assaut et ont réussi à abattre les huit terroristes.

Selon nos sources, Abdelmalek Droukdel devait assister à la réunion. Des chefs d’autres organisations terroristes comme Katibet al-Tawhid et Katibet al-Jihad, hostiles à Daech, devaient également assister à ce congrès, pour réorganiser les rangs d’Aqmi.

close