search-form-close
Coronavirus : Benbouzid juge inquiétante la hausse du nombre de patients en réanimation

Coronavirus : Benbouzid juge inquiétante la hausse du nombre de patients en réanimation

La hausse du nombre de patients Covid-19 en réanimation, qui est passé de 25 malades le 1er juin à 53 hier vendredi 19 juin, inquiète le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid.

« Nous constatons qu’il y a élévation du nombre des cas (de contamination), mais ce n’est pas ce qui inquiète. Ce qu’il l’est c’est l’élévation des cas en réanimation, donc des cas graves. Cela signifie peut-être que la virulence du virus s’est élevée, mais cela peut signifier aussi qu’il y a plus de cas. On sait bien que le virus circule au sein de la population », a déclaré Pr Benbouzid, ce samedi 20 juin, lors d’une visite de travail dans la wilaya de Boumerdès.

Forte hausse des patients en réanimation en 20 jours

Selon le bilan quotidien de l’épidémie de coronavirus en Algérie publié hier vendredi, 53 patients sont en soins intensifs, contre 54 la veille, 33 le 10 juin et surtout 25 seulement le 1er juin.

Hier vendredi, le Pr Djamel Fourar, porte-parole du comité scientifique, a évoqué la possibilité de reconfiner certaines wilayas en raison de la hausse des cas de contamination à cause du non-respect des gestes barrières, notamment le port du masque et la distanciation physique.

La deuxième source d’inquiétude pour Benbouzid

Le ministre a cité une autre source d’inquiétude pour son département, en l’occurrence la saturation des hôpitaux à près de 75%. « C’est une moyenne. La cause de cette saturation ce sont les cas suspects admis et qui attendent les résultats », explique le ministre qui annonce avoir demandé aujourd’hui au comité scientifique de veille et de suivi de l’épidémie de coronavirus d’ »étudier la possibilité de réduire la durée du séjour hospitalier à 5 jours », et « voir dans quelle mesure les cas bénins peuvent-ils être traités ».

« Je précise que cela se fait partout ailleurs, que l’on ne pense pas que c’est nous qui voulons cacher une réalité. Ils sont rares les pays qui confinent pendant 14 jours comme nous le faisons. Le comité scientifique Covid va étudier la possibilité de confiner certains patients et les traiter chez eux », souligne Abderrahmane Benbouzid.

S’agissant du réaménagement des horaires de confinement, Pr Benbouzid a réitéré que cette décision ne dépendait pas du Comité mais de l’autorité politique qu’est le Premier ministre.

Il reconnait la difficulté de rendre applicable cette décision étant donné les conditions de vie d’une frange importante de la population souvent contrainte à l’exiguïté.

« Il est très difficile de confiner chez nous. Vous avez des familles de 12 ou 13 personnes dans un appartement. Je quitte le ministère après le début du confinement et je trouve des jeunes rassemblés devant les cages d’escaliers. Il ne faut pas voir les gens qui ont une grande maison, il faut voir aussi les gens des quartiers populaires… », admet-il.

« S’il y a lieu de déconfiner de façon impérative on déconfine. Il ne faut juste pas que nous soyons dans l’excès », soutient le ministre qui pointe « un peu d’incivisme propre à nous ».


Sur le même sujet :

  • Les derniers articles