search-form-close
Coronavirus : la consommation et la production de pain en forte baisse

Coronavirus : la consommation et la production de pain en forte baisse

La pandémie de coronavirus a fortement impacté la production et la consommation de main depuis le début du Ramadan en Algérie, a révélé ce mercredi le président de la Fédération nationale des boulangers (FNB) Youcef Guelfat.

« La production et la consommation du pain jusqu’à mi-ramadhan ont largement baissé par rapport aux années précédentes », a déclaré M. Guelfat à l’agence officielle.

Une enquête sur le terrain a révélé que « le volume de production du pain durant les deux premières semaines du mois de ramadhan avait diminué à 7 millions de baguettes par jour contre 23 millions baguettes produites durant les années passées ».

À l’origine de cette baisse, la crise situation provoquée par le Covid-19 qui a induit la fermeture des restaurants universitaires, des cantines scolaires et des restaurants de Rahma qui consommaient d’importantes quantités de pain, selon M. Guelfat.

La moitié des boulangers actifs au niveau national ont fermé leurs locaux momentanément durant le Ramadan, en raison des pertes enregistrées, suite aux quantités de pain invendues en raison de la pandémie de Covid-19, toujours selon M. Guelfat.

Le président de la Fédération des boulangers a en outre assuré que le gaspillage du pain durant le mois sacré et même bien avant a reculé en raison notamment du « changement du comportement du citoyen qui préfère préparer le pain à la maison plutôt que de l’acheter ».

M. Guelfat a indiqué aussi que le nombre des boulangeries au niveau national, est passé de 21.000 en 2015, à 14.000 boulangeries en 2017 puis à 7200 boulangeries en 2019 dont 630 boulangeries à Alger.

« Les difficultés rencontrées par les boulangers, dont la hausse de la facture du Gaz et d’électricité, les salaires des ouvriers boulangers et les impôts, outre la réduction de la marge de bénéfice, mèneront inévitablement à la disparition des boulangeries ou au changement de leur activité à l’avenir, si leurs préoccupations professionnelles ne sont pas prises en charge sérieusement », a-t-il ajouté.

M. Guelfat a plaidé pour « l’augmentation de la marge de bénéfice des boulangers à même d’éviter la fermeture administrative des boulangeries ».

  • Les derniers articles