search-form-close
  • Brent: $49,03+0,62%
  • Taux de change: 1 € = 126,62 DZD (Officiel), 192.50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Dialogue de Tebboune : le rejet anticipé du FFS

Le FFS a estimé ce samedi que « participer » au dialogue qu’entend organiser le premier ministre Abdelmadjid Tebboune reviendrait à « cautionner ce régime » et à lui « servir de faire-valoir ».

« Participer à ce pseudo dialogue servirait de caution et de faire-valoir au régime », considère le FFS dans une déclaration rendue publique à l’issue du conseil national.

Le Conseil national « sait que notre peuple n’est pas dupe de cette réalité mais l’appelle à la vigilance face un régime en fin de cycle qui  n’a pas épuisé toutes ses manœuvres politiciennes pour se maintenir », ajoute-t-il.

Ce refus anticipé du FFS est motivé par le fait que pour ce parti, le gouvernement, à travers le dialogue qu’il veut initier, ne vise qu’à impliquer les partis dans son programme d’austérité.

« Le CN, instruit des vaines et multiples tentatives de ce régime pour se pérenniser en initiant de soi-disant dialogues avec les acteurs politiques, économiques et sociaux, sait que ce régime n’a qu’un seul objectif : maintenir le statu quo politique et gagner du temps », soutient le FFS.

Il ajoute qu’à « travers son dernier appel au dialogue, le pouvoir cherche en réalité à : impliquer les acteurs  politiques et sociaux dans son programme d’austérité et de remise en cause des acquis sociaux ; pervertir la noble initiative de reconstruction du Consensus national, inspirée par feu notre Président Hocine Aït Ahmed, visant à refonder l’État sur la base du droit et des principes démocratiques ».

« Cette tentative d’appropriation n’a qu’une seule finalité : dénaturer notre initiative pour la vider de son sens, en réduisant la crise à sa dimension financière et sa solution à des mesures d’ordre économique, alors que chacun sait que le règlement définitif de la crise est fondamentalement politique », souligne le parti.

Le FFS se dit « persuadé » que le « pseudo dialogue » du pouvoir ne vise en fin de compte qu’à faire « valider son bilan et les mesures impopulaires, déjà prises », alors que « notre projet de reconstruction du Consensus national se propose de changer le système dans ses fondements et dans son fonctionnement ».

Par ailleurs, le FFS se dit « profondément préoccupé par l’incapacité des autorités à prendre en charge les récents feux de forêts » et dénonce l’ « instrumentalisation et l’exploitation politicienne de la détresse des migrants », appelant à une prise en charge effective des besoins de ces populations.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (5)

    • Communiste

      Communiste

      A force de persévérer dans le “ni-ni” le FFS finira par se découpler de la réalité. C’est un refus autant gratuit inexpliqué sinon de manière non convaincante.

    • kamelCAN

      kamelCAN

      Voila une preuve que ces pseudos partis ne sont que des outils qu’utilise ce pouvoir pour se moquer de la gueule des algeriens. Le FFS a rejoint la meute de ces partis depuis le retrait de feu Ait Ahmed allah yerahmou.
      Il n’y a pas plus de ans le FFS appelait a un consensus avec le pouvoir et zaama refusait de rejoindre les partis qui pretendaient proner la rupture avec ce pouvoir. Au jourdhui c’est l’inverse, ceux aui voulaient rempre hier sont prets a rejoindre le gouvernement et le FFS refuse de cautionner.
      Mais en realite vous etes tous la au service de ce pouvoir. Car le comportement adequat face a ce pouvoir c’est d’autodissoudre les partis et de refuser categoriquement de jouer le jeu impose par ce pouvoir. Il faut que le militantisme politique se face hors du champs de controle du pouvoir et CONTRE lui. Sinon la chute du systeme va faure l’effet d’une chasse d’eau et empourter tout le monde y compris le FFS

      • kamelCAN

        kamelCAN

        desole pour les faute d;orthographe c’est le symptome d’un profond degout

    • Iglidh

      Iglidh

      Le FFS a déjà donné, en reconnaissant et légitimant le parloir arabe issu du coup d’Etat contre le Gpra.

    • netzer

      netzer

      VOUS AVEZ PARTCIPE AUX LEGISLATIVES ET 90/00 DE LA POPULATION VOUS A TOURNE LE DOS AINSI QUE L ENSEMBLE DES PARTICIPANTS; VOUS EST DES MAUVAIS ELEVES !le peuple ne vous suivra pas ; je vous conseil de suivre le peuple !!!!!!

  • À la une

    17Quand la campagne contre des hommes d'affaires met à mal la cohésion au pouvoir 
    Il y a 5 heures

    Le président Abdelaziz Bouteflika a instruit son premier ministre Abdelmadjid Tebboune de…

    Le président Abdelaziz Bouteflika a instruit son premier ministre Abdelmadjid Tebboune de sévir contre « les hommes d’affaires qui ne respectent pas les règles et ceux qui transfèrent de l’argent d’une manière illicite à l’étranger ». Parmi les hommes d’affaires visés figure Ali Haddad. Son groupe ETRHB Haddad a notamment reçu plusieurs mises en demeure de la part d’organismes publics concernant des projets en souffrance.

    Le nom de Haddad a été associé au président de la…

  • L'Actualité en temps réel

  • International