search-form-close
La police réprime la 33e marche des étudiants

La police réprime la 33e marche des étudiants

22h23 : Fin de ce direct.
19H05. Tous les étudiants interpellés aujourd’hui à la marche d’Alger ont été relâchés à l’exception d’un seul. Il a été maintenu en garde à vue en attendant sa présentation demain mercredi devant le tribunal de Bab El Oued, annonce le CNLD. « Il reste encore deux autres citoyens en détention », ajoute le Comité.

18H15. Réaction de Jil Jadid : « Depuis plusieurs semaines, les arrestations des manifestants sont de plus en plus fréquentes et plus brutales malgré l’exceptionnel pacifisme du mouvement populaire ». « Cette répression est d’autant plus paradoxale que le pouvoir voudrait amener les Algériens à participer aux élections présidentielles du 12 décembre. Jil Jadid dénonce cette vague d’arrestations et persiste à croire que la libération de tous les détenus d’opinion est un préalable incontournable pour une sortie de crise », ajoute le communiqué.

17H40. Le journaliste Abed Charef a également été interpellé ce mardi. Il témoigne sur Twitter

17H30. RAJ dénonce la répression de la marche des étudiants. « Le pouvoir à travers la matraque a essayé d’interdire la marche et de casser la détermination des étudiants.es, mais la volonté et l’engagement des étudiants.es étaient sans failles en brisant tous les obstacles dressés pour aller au bout de la violente répression », écrit l’association dont sept membres sont en détention provisoire à Alger.

17H25. Le PT condamne une « répression sans précédent » qui a marqué la marche hebdomadaire des étudiants. Dans un communiqué, le PT estime que cette répression « traduit une volonté du pouvoir de fait d’imposer par la force son agenda électoral, rejeté par l’immense majorité du peuple ».

15H40. Le RCD « dénonce l’usage de la violence contre des manifestants pacifiques et exige la libération de toutes les personnes interpellées par les forces de répression ». « Des dizaines d’arrestations parmi les manifestants et de nombreux blessés ont été enregistrés », ajoute le parti dans un communiqué.

15H15. Sur les réseaux sociaux, des Algériens expriment leur indignation et condamnent cette répression contre les étudiants.

12H58. Le journaliste Hamza Aggoune, correspondant de Russia Today, a été violenté par les policiers ce mardi alors qu’il couvrait la manifestation des étudiants (source : Khaled Drareni, correspondant de RSF en Algérie)

12H55. Une manifestation d’étudiants improvisée devant la fac centrale, après la dispersion violente de la marche du 33e mardi

11H48. Le journaliste Mustapha Benfodil a été relâché, selon Khaled Drareni

11H45. Alger – Des citoyens improvisent un sit-in en soutien aux étudiants

11H30. Selon le journaliste Khaled Drareni, il y aurait une centaine d’interpellations « au minimum » à Alger

 

11H25. Dans un communiqué,  « le FFS condamne avec la plus grande vigueur les arrestations et mises en détentions arbitraires sans fin des animateurs du mouvement révolutionnaire pacifique qui ont pour finalité d’installer un climat de peur et de démobilisation ».
« Une véritable machination politique et médiatique se met en place pour le passage en force du scrutin présidentiel prévu le 12 décembre prochain rejeté par le peuple algérien », ajoute le parti.

11H20. Les interpellations sont violentes. Sur cette photo, une étudiante est prise en charge par les secours après un malaise. (Photo : TSA)


 

11H15. Les interpellations se poursuivent à Alger

11H12. Des marches ont lieu dans plusieurs autres wilayas du pays. A Bordj Bou Arreridj, les étudiants ont renoué avec la rue après plusieurs semaines d’absence. De nombreuses arrestations sont signalées parmi les manifestants.

11H10. Loin d’être intimidés par la répression, les étudiants continuent de manifester en scandant des slogans hostiles au pouvoir.

11H08. La population proteste contre cette répression policière, une première depuis le début du hirak. Les manifestants repartent vers la place Emir Abdelkader.

11H05. La police tente de disperser violemment la marche

Pour la première fois depuis le début du Hirak en février dernier, la police a tenté ce mardi d’empêcher la 33e marche des étudiants à Alger. Plusieurs dizaines de personnes ont été interpellées à la place des martyrs, lieu de départ de la manifestation.

« Scènes surréalistes à la rue Ali Boumendjel, la police interpelle sans distinction des dizaines de personnes notamment des personnes âgées, même les manifestants qui ont quitté le cortège sont pourchassés et arrêtés », témoigne le journaliste Khaled Drareni.

Parmi les personnes interpellées par la police figure le journaliste d’El Watan Mustapha Belfodil. Selon le CNLD, il a été interpellé à 10h 25 au square Port Said par des policiers.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close