search-form-close
La présidentielle du 4 juillet reportée, marche des étudiants à Alger

La présidentielle du 4 juillet reportée, marche des étudiants à Alger

 

23h08. Fin de ce direct.

| Lire sur TSA : La LADDH accuse « le système de prolonger la crise »

| Lire sur TSA : Crise politique : l’Association des oulémas se dit prête à jouer les intermédiaires

18h08. Tlemcen : des dizaines d’étudiants ont manifesté aujourd’hui pour réitérer leurs revendications portées chaque semaine en exhortant le pouvoir à « respecter les libertés collectives et d’engager un processus de transition pour instaurer une véritable démocratie ».

| Lire sur TSA : Annulation de la présidentielle, maintien de Bensalah, convocation du corps électoral : l’avis des constitutionnalistes

17h15. Le président de l’Association des oulémas musulmans Abderazak Guessoum a estimé qu’il faut peut être remplacer Bensalah, qui a échoué à organiser les présidentielles, et mettre en place une instance présidentielle composée de trois à cinq membres. (Lire)

| Lire sur TSA : Manœuvres autour de la présidentielle : le pouvoir prend de gros risques

| Lire sur TSA : Lettre ouverte de Zohra Drif-Bitat à Ahmed Gaid Salah

14h55. Djamel Zenati sur son compte Facebook : « En prolongeant l’intérim de Bensalah, le Conseil constitutionnel outrepasse ses missions de juge de droit. On est hors légalité ».

14h14. Le FFS dénonce la tentation de prolonger l’exercice de Bensalah (Lire)

| Lire sur TSA : Après l’annulation de la présidentielle du 4 juillet : que va faire le pouvoir ?

13h58. 


13h25. Le Conseil constitutionnel prolonge de fait la mission de Bensalah (Lire)

13h11. Alger : les étudiants quittent la place de la liberté de la presse et reprennent leur marche.


13h06. Marche des étudiants : la police tente d’évacuer la place de la liberté de la presse où les étudiants tiennent un rassemblement.


13h03. Report de la présidentielle, la réaction de Abdelouahab Fersaoui, président du RAJ : « Un autre acquis de la mobilisation pacifique des algériennes et des algériens, le pouvoir a été dans l’obligation d’annuler une autre fois les élections présidentielles, le Conseil constitutionnel viens d’annoncer l’impossibilité de la tenue de l’élection présidentielle en date du 04 juillet. C’est une victoire importante mais elle n’est pas définitive, car le pouvoir va malheureusement continuer à imposer sa feuille de route avec un autre probable report de ces élections avec les mêmes mécanismes et symboles de ce système rejetés par le peuple malgré que la constitution algérienne n’a pas prévu cette situation inédite en Algérie.

Le pouvoir doit se rendre compte que les élections présidentielles n’est pas une fin en soi et ne constitue pas une solution à la crise politique que vit l’Algérie, la période de transition démocratique est inéluctable. En parallèle, la mobilisation pacifique et permanente doit se poursuivre, c’est notre seul garant face à ce pouvoir qui continue à ignorer le peuple algérien et son aspiration à la liberté et à la démocratie. »

Le report de la présidentielle, qui était prévisible, commence à susciter des réactions de la classe politique et des acteurs de la société civile.

| LIRE SUR TSA : L’élection présidentielle du 4 juillet annulée

Le Conseil constitutionnel s’est prononcé ce dimanche 2 juin par le rejet des deux dossiers de candidature déposés en vue de la présidentielle du 4 juillet, précisant qu’il revient au chef de l’Etat de convoquer de nouveau le corps électoral. Les présidentielles du 4 juillet ne pourront pas se tenir, faute de candidats. Dans le même temps, des étudiants manifestent à Alger pour le changement. Un dispositif de sécurité a été déployé pour les réprimer et les empêcher de manifester.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close