search-form-close
  • Brent: $57,71-0,26%
  • Taux de change: 1 € = 134,35 DZD (Officiel), 204 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Économie algérienne : orthodoxie / efficacité

Ali Akram / NEWPRESS
Amar Tou, économiste, ancien ministre

CONTRIBUTION. La contrainte budgétaire, obéissant à une orthodoxie financière de référence impérative chez les institutions financières internationales, fut administrée à une économie algérienne à genou, durant les années 1990, qui avait plutôt besoin à l’époque d’un réel doping que d’un «luxueux» enchaînement, mais asphyxiant, que constituait la loi sur la monnaie et le crédit promulguée en 1990. Celle-ci traduisait une dyspepsie monétaire, principalement pour toute la décennie 1990 et au-delà, que les assouplissements introduits en 2003 notamment, n’ont pas totalement rattrapée.

Les exemples de permissivité en matière de dette intérieure nous viennent, pourtant, de pays mieux aguerris économiquement ; ceux-là mêmes qui nous rappellent souvent à l’ordre, pour le respect de la rigueur budgétaire pure et dure, sous l’œil vigilent des institutions financières interposées, en tant que de besoin.

La marge de manœuvre de l’Algérie est, par conséquent, assez accommodante actuellement, pour nous permettre une certaine soupape inflationniste, surveillée toutefois par une adéquate adaptation de la loi sur la monnaie et le crédit. Un certain dosage de keynésianisme est de nature à fouetter notre économie et, en ce temps de disette d’argent, de l’empêcher de sombrer dans une récession à tout anesthésier.

L’Algérie, n’étant plus sous les conditionnalités-chantage des rééchelonnements de la dette extérieure des années 1990, ni sous l’épée De Damoclès d’un surendettement extérieur dont elle s’est débarrassé dès réunion des conditions favorables au débuts des années 2000, est en droit, dans la conjoncture économique actuelle, de s’offrir l’avantage d’un contournement mesuré des contraintes budgétaires issues de la chute des cours de pétrole, par l « entorse »,  inévitablement salutaire, à une orthodoxie budgétaire suicidaire sur le plan social et sur celui du développement économique du pays. Le sauvetage garanti par les amendements apportés à la loi sur le la monnaie et le crédit par le conseil des ministres du 6 septembre 2017, constituent une délivrance d’une angoisse certaine, mais aussi un coup de maître privant les chantres des apocalypses d’une occasion de tenter de se mettre en « valeur ».

Les « rigoristes platoniques » de l’orthodoxie budgétaire, pourtant non universelle, y trouveront, certainement, matière à dissertation. En tous les cas, pour les dépenses en dinars, les fonctionnaires et autres travailleurs sont désormais, rassurés pour leurs salaires et la politique sociale bien préservée; l’arrêt net du développement, non plus, ne surviendra pas. Quant aux dépenses en devises, la veille devra être, par contre, très rigoureuse.

Ce n’est, donc, pas d’une sale besogne qu’il s’agit, mais plutôt d’une perspicacité élogieuse dont il faudrait se féliciter. Car, à choisir entre le suicide et le salut, la voie dans notre religion est toute indiquée. Toutefois, les accommodements transitoires des réformes ne doivent, en aucune manière, sacrifier la tendance lourde et la constance de ces réformes. En tout état de cause, l’histoire ne pardonnera pas de sacrifier des générations au profit d’autres, même si chaque génération doit partager avec d’autres les sacrifices et le bien-être.


*Amar TOU est économiste, ancien ministre 

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (11)

    • ElPatron

      ElPatron

      Mr Amar Tou …franchement je ne veux pas être méchant par respect pour TSA qui a publié soné crit.
      Je ne lirai même pas son article et donc je ne commenterai pas son écrit.
      Lorsqu’on part se soigner à l’étranger alors qu’on est ministre de la santé ….ça attente carrément à l’intégrité et à la respectabilité de la personne ..
      Rien d’autre à rajouter !

    • Daawessou

      Daawessou

      En voilà un TOUTOU! Il sort d’où celui-là? De la forêt de Bainem? Un ex-ministre, souvenez-vous qui a giflé une journaliste de Liberté pendant ses fonctions! Alors que vous parlez du procès de Boudjedra-Ennahar, ce ministre n’a même pas été inquiété d’autant plus que c’est un cas grave que de gifler un journaliste et encore plus une femme! No comment!

    • chaib

      chaib

      Voila donc un député du FLN qui etait au parlement en 1990 qui a voté avec les mains et les jambes en l’air et qui a tout fait pour plaire au couple Hamrouche-Hidouci, qui tous deux avaient raison et ont vu juste en proposant la Loi Monnaie Credit, qui aujourd’hui critique cette loi . C’est le refus de continuer les reformes de Hamrouche au risque de perdre le controle de la distribution de la rente qui est a l’origine de la crise actuelle.. Ce député qui rappelle qu’il a fait des etudes d’economie, et qu’il a été plusieurs fois ministres, fait la cour pour revenir en cour bien sûr en se rappelant a l’attention de Ouyahya que son programme est le seul capable de sortir l’Algerie de la crise. Que ne l’ont ils fait tous les deux quand ils ont pour si longtemps dirigé notre pays et rien dit devant la politique menée depuis 1992 ! ah le champ politique national fagocité par l’opportunisme de mauvai

    • calfayberry

      calfayberry

      Dans cette « analyse économique », M. Tou nous « révèle » que l’orthodoxie financière est inadaptée à notre pauvre pays, tel un animal qui n’a pas besoin de médecin mais de vétérinaire. Ses conclusions, basées sur des démonstrations par l’absurde et des descriptions dépourvues du moindre chiffre ou indice statistique pour étayer sa “Théorie du siècle» sur les bienfaits de la planche à billet, nous confirment que M. Tou, tout comme ses collègues, croient foncièrement que les Algériens n’ont jamais été à l’école ! Ou même pour ceux qui n’ont pas fait des études, ce seraient trop dure pour leurs esprits de tirer les bons enseignements de ce qu’ils avaient enduré à l’époque de Chadli. Mais là ou M. Tou enfonce le clou, c’est lorsqu’il nous rassure que les fonctionnaires continueront à percevoir leurs salaires et la politique sociale sera préservée. HALLELUJAH!

    • bassim

      bassim

      ” Car, à choisir entre le suicide et le salut, la voie dans notre religion est toute indiquée”
      Eh ben voilà, sous couvert de la religion il nous intime l’ordre de suivre.

    • EAEAEO

      EAEAEO

      ELFELLAG
      12 Sept. 2017 à 12:56
      Comme par hasard tout les Algériens sont des génies à part quelques exceptions comme toi

      • ELFELLAG

        ELFELLAG

        EAEAEO.
        certe je ne suis pas un génie mais dieu merci je ne suis pas un lécheur et cireurs des babouches du clan oujda;ce n’est pas de ta faute tu es né un raté et tu demeurais jusqu’a ton dernier jour

    • ELFELLAG

      ELFELLAG

      Comme par hasard tout les Algériens sont des génies mais seulement avec la bouche et sur les plateaux des télévisions ou journaux;qu’avaient vous réalisés de bien pour votre nation et l’humanité;a part comment pilier une nation sans que le peuple ne se rend compte

    • bidonV

      bidonV

      Amar Tou aurait du donner le titre suivant à sa contribution : [B]L’éloge à la tireuse de billets.[/B], et puisque nous y somme monsieur Tou par la grâce d’une gestion chaotique du pays et de son économie alors que nous avions tout les atouts pour un décollage rapide, voici que nous somme rattraper par les illusions que le système dont vous fait parti à créer, nous somme plus que jamais accro au pétrole.

      Maintenant qu’il est tard et que c’est l’heure des sales besognes, tu te félicite parce que nous allons nous amputer et que cette amputation et notre salut, devrions nous faire l’éloge de l’amputation? Faudra peut-être chercher à traiter les causes de cette gangrene, qui fortune en euro n’a pas à s’inquiéter du devenir de cette populace et de cette monnaie dont il se servent pour subsister.

    • Izzzy

      Izzzy

      en dehors d’un français à la naphtaline, celui-là cherche à se ménager les bonnes grâces des puissants du moment, peut-être en échange d’un strapontin. il sait cependant qu’il fait partie du problème et non de la solution, sinon il nous aurait aveuglé de ses compétences lorsqu’il était dans ce pouvoir dont la gouvernance est l’unique responsable de ce fiasco! A bon entendeur…

  • À la une

    Communiqué. Non à la censure de TSA

    Les éditeurs de 16 médias électroniques algériens se sont réunis ce dimanche 22 octobre 2017.…

    Les éditeurs de 16 médias électroniques algériens se sont réunis ce dimanche 22 octobre 2017. Ils ont adopté le communiqué suivant :

    Le blocage de l’accès au site électronique TSA…

  • L'Actualité en temps réel

  • International

close
close