search-form-close
En Chine, des « camps de rééducation » pour les musulmans

En Chine, des « camps de rééducation » pour les musulmans

Des centaines de milliers de personnes de confession musulmane ont été détenues dans des camps de « rééducation politique » en Chine, dans la province de Xinjiang, a affirmé ce mercredi le professeur Adrian Zenz de l’École européenne de culture et théologie à Korntal en Allemagne.

La région de Xinjiang compte 21 millions d’habitants dont 11 millions de musulmans. Le nombre de détenus représenterait une portion significative de la population, particulièrement parmi les jeunes hommes adultes.

« La campagne chinoise de pacification à Xinjiang est, plus que probablement, la plus intense campagne de réorganisation sociale coercitive du pays depuis la fin de la révolution culturelle » de Mao Zedong, a affirmé Zenz dans un article repris par la fondation Jamestown.

« Dans l’ensemble, il est possible que le système de rééducation de la région excède la taille du défunt système de « l’éducation par le travail » établi sur toute la Chine et aboli officiellement en 2013 », estime-t-il.

Rappelant que « l’existence de ces camps est niée par le gouvernement », le maître de conférences affirme que « « la guerre contre la terreur » autoproclamée par l’État chinois dans la région se transforme de manière croissante entre une guerre contre la religion, les langages ethniques et autres expressions de l’identité ethnique ».

Rapportant l’information sur les camps, le Washington Post relate l’expérience de Kayrat Samarkand, dont l’unique « crime » aurait été d’être un musulman ayant visité le Kazakhstan voisin. « Sur cette base unique, il a été détenu par la police, interrogé agressivement pendant trois jours puis transféré en novembre dernier dans un « camp de rééducation » dans la province ouest de Xinjiang pendant trois mois », rapporte la même source

Le journal américain rapporte que dans le camp, le détenu aurait fait face à « un lavage de cerveau et une humiliation sans fin ». Kayrat Samarkand aurait été forcé à « étudier la propagande communiste pendant des heures chaque jour et chanter les louanges souhaitant longue vie au président chinois Xi Jinping ».

« Ceux qui désobéissaient aux règles étaient menottés des mains et des pieds pendant douze heures. Une désobéissance prolongée menait à des séances de torture par l’eau (waterboarding) ou à une torture nommée « la chaise du tigre » où la victime était placée dans un dispositif métallique agonisant pendant de longues heures », a affirmé Samarkand, avançant avoir été victime de ces pratiques.

Kayrat Samarkand a déclaré avoir été détenu dans un camp de 5.700 personnes dans le village de Karamagay. Presque tous étaient d’origine kazakh ou ouighour, et pas un détenu n’était originaire de Han, la majorité ethnique chinoise. 200 détenus étaient suspectés d’être des « extrémistes religieux », a affirmé Samarkand, mais les autres auraient été détenus pour s’être déplacés en dehors du pays pour travailler ou étudier, pour avoir reçu des appels téléphoniques de l’étranger ou pour avoir simplement été vus en train de prier dans une mosquée.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close