En Tunisie, un débat télévisé historique entre candidats à l’élection présidentielle — TSA
search-form-close
En Tunisie, un débat télévisé historique entre candidats à l’élection présidentielle

En Tunisie, un débat télévisé historique entre candidats à l’élection présidentielle

Les élections présidentielles approchent en Tunisie. Elles mettront en concurrence 26 candidats (24 hommes et 2 femmes) lors du premier tour prévu le 15 septembre prochain, trois mois après le décès du président Béji Caïd Essebsi.

Pour départager candidats, trois débats télévisés sont prorgrammés afin de faire connaître leurs programmes. Une première dans l’histoire de la Tunisie et du monde arabe. Le premier débat a eu lieu ce samedi avec la participation de huit candidats, suscitant la fierté des Tunisiens et l’admiration des voisins des pays du Maghreb.

L’évènement a été très suivi par les Tunisiens, qui se sont rassemblés dans les cafés devant les écrans afin d’assister à cet évènement inédit dans l’histoire de la Tunisie.

« Non ce n’est pas pour un match de foot mais des tunisiens réunis dans un café du centre de Tunis pour la retransmission du premier [dé bat présidentiel] démocratique en Tunisie et dans la région MENA jamais organisé », note le journaliste de l’AFP Akim Rezgui, partageant une photo des Tunisiens amassés dans les cafés.

« Quand le grand débat pour la présidentielle remplace les matchs de foot sur les écrans des cafés … La consécration du processus démocratique, dans un pays arabe… la Tunisie ne cessera de faire l’exception », affirme quant à elle une internaute tunisienne.

« Je ne suis convaincue par aucun des candidats pour [les élections mais voir ces débats bah ça fait quelque chose. Une jeune démocratie qui est en train d’écrire une nouvelle page de son Histoire », affirme une autre internaute.

« Fière de cette démocratie en marche! En Tunisie, un premier débat pour la présidentielle calme et très suivi », se réjouit pour sa part l’universitaire tunisienne Amina Zeghal.

Si plusieurs internautes ont exprimé leur déception sur le format du débat, d’autres ont appelé à l’indulgence en rappelant le caractère inédit d’un tel exercice dans ce pays qui était il y a moins de dix ans sous le joug de la dictature.

« Grand débat télévisé: pourquoi une question différente pour chaque candidat et non pas la même pour tous ? », s’interroge un internaute.

Un avis partagé par une autre internaute. « Ce n’est pas un débat », affirme-t-elle. « Il faut la même question pour tous les candidats afin de les différencier et pouvoir choisir. Il n’y a pas eu une confrontation/débat directe entre les candidats pour défendre les idées », estime la même internaute.

« Exercice tout nouveau pour les candidats et les spectateurs qui relevait de l’utopie il y a une dizaine d’années », estime une autre internaute. « Cependant c’était un débat sans débat », tranche-t-elle.

« Soyons indulgents », a néanmoins demandé un internaute, rappelant que « c’est la première fois dans l’histoire de la Tunisie qu’un ‘’débat’’ télévisé a lieu entre candidats à l’élection présidentielle. Avant 2011 on en rêvait », indique-t-il.

Le débat télévisé en Tunisie a eu un écho non négligeable auprès des internautes marocains, qui ont fait le parallèle avec leur situation politique, laissant transpirer une pointe d’envie par rapport à ce qui se passe en Tunisie.

« Spectacle de science-fiction pour nous marocains », se désole un internaute. « En ce moment la Tunisie débat, l’Algérie se bat, le Maroc se débat », résume et conclut le militant marocain Abdullah Abaakil.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close