search-form-close
Espionnage marocain : qui sont les responsables algériens concernés ?

Espionnage marocain : qui sont les responsables algériens concernés ?

Sidali Djarboub / NEWPRESS
Illustration : Le palais du gouvernement

Trois hauts responsables algériens sont concernés par l’affaire d’espionnage marocain contre l’Algérie en France, révélée ce mardi par Libération.

Selon un des journalistes auteurs de l’enquête interrogé par TSA, il s’agit de deux ministres en exercice au moment des faits : Hamid Grine, ministre de la Communication, et Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur.

| LIRE AUSSI : Le Maroc a espionné des ministres algériens en France

Les notes de l’ambassade d’Algérie retrouvées dans le domicile de l’espion marocain Driss A. ( directeur de la société de sûreté ICTS à Orly) relatent leurs déplacements à Paris. Les faits remonteraient à janvier 2017, selon nos informations. Les deux ministres étaient en visite officielle dans la capitale française. Tahar Hadjar, à l’invitation de son homologue français, et Hamid Grine, participaient à une rencontre à l’Institut du monde arabe.

En outre, « l’ancien haut responsable algérien » cité dans l’article de Libération serait Noureddine Yazid Zerhouni, présenté comme « un ancien vice-Premier ministre ». Yazid Zerhouni a été pendant plusieurs années ministre de l’Intérieur sous Bouteflika. Il avait été pressenti pour occuper des postes encore plus importants.

| LIRE AUSSI : Nouvelles révélations sur l’espionnage marocain en France

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close