search-form-close
FLN : les alliances contre-nature de Djamel Ould Abbes

FLN : les alliances contre-nature de Djamel Ould Abbes

Après les élections locales, place aux alliances pour le FLN. Appuyés par leur secrétaire général Djamel Ould Abbes, qui a autorisé les alliances au niveau des Assemblées populaires de wilayas, les élus du parti ont multiplié les contacts avec les formations de l’opposition. But : pouvoir décrocher la présidence des différentes APW où ils sont légèrement majoritaires. Une mission presque accomplie puisque le FLN est à la tête, à ce jour, de 21 APW. Le RND arrive très loin derrière. Jusqu’à hier, il n’avait obtenu que trois wilayas.

Ces alliances contre-nature sont contractées par le FLN sous le signe de « la protection de la stabilité nationale », comme cela a été le cas à Leghouat, où l’ancien parti unique a pu bénéficier de l’appui du MSP et d’El Moustakbal. Dans une déclaration écrite, rendue publique, les trois partis affirment avoir « placé l’intérêt du pays au-dessus de tout », en soulignant que cette alliance permettra de « booster la machine du développement dans la région ».

Hier, le FLN a pu compter sur le précieux appui du FFS et d’El Moustakbal pour reconduire Karim Bennour à la tête de l’APW d’Alger. Nora Mahiout, élue du FFS à l’APW d’Alger, refuse de parler d’alliance. Dans une déclaration faite à la Radio nationale, cette dernière affirme « qu’il y a eu un accord pour l’intérêt du pays ».

Le FLN tourne le dos au RND 

Avant et après les élections locales, Djamel Ould Abbes avait rejeté toute alliance avec les partis qui ne soutiennent pas le président Abdelaziz Bouteflika, qui est aussi le président du FLN. Ould Abbes fait tout le contraire aujourd’hui, puisque l’homme a tourné le dos à son principal allié politique, le RND.

Ahmed Boumehdi, membre du bureau politique du FLN, évoque dans une déclaration à la presse « une alliance conjoncturelle avec l’opposition ». Par contre, un membre du PB du FLN affirme à TSA que « le parti n’avait pas un autre choix ». « Mais sur le principe, notre lien avec le RND est plus important évidement », ajoute-t-il.

Les alliances du FLN profitent au Secrétaire général du parti qui doit préparer la réunion du Comité central. Cette instance souveraine entre les deux congrès devrait se réunir en janvier. Ould Abbes sera appelé à présenter son bilan devant les membres du Comité central. Il ne manquera pas alors d’exhiber les chiffres des locales qui maintiennent le parti comme la première force politique du pays.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close