search-form-close
« Il faut interdire l’alcool, les lieux de distraction et tout ce qui est prohibé par l’islam »

« Il faut interdire l’alcool, les lieux de distraction et tout ce qui est prohibé par l’islam »

Chronique livresque. Pour ceux qui veulent connaitre le vrai Ben Bella, rien de mieux que de lire son livre d’entretien avec Mohamed Khalifa intitulé « Itinéraire »*.

On y apprend tout ce qu’on veut apprendre. Comme la dissimilation et la pondération ne sont pas son fort et c’est tant mieux, il dit, sans langue de bois, ce qu’il pense, en toute liberté. Sur la Révolution et ses hommes, sur l’association des Oulémas, sur sa présidence, ses années d’enfermement, son projet de société.

Tout sauf ennuyeux. D’autant qu’il reste, qu’on le veuille ou non, pour l’histoire une figure incontournable : premier président de la République algérienne.

Ben Bella contre congrès de la Soummam

Qui est-il ? Est-il originaire du Maroc comme certains le prétendent ? Oui ou non ? Écoutons-le : « Mon père était originaire de la ville de Marrakech du arch des « Ouled Sidi Rahal ». Il a émigré en Algérie dans des circonstances particulières ».

En fait pour échapper à la vendetta d’une famille de voleurs dont son oncle avait abattu l’un d’eux. Comme la vendetta ne touchait pas uniquement le meurtrier, mais aussi les membres mâles de sa famille, le père de Ben Bella rejoignit son frère recherché à Maghnia où il s’était réfugié après son pèlerinage à la Mecque.

C’est à Maghnia que naîtra Ben Bella en 1916. Après avoir fait des études secondaires à Tlemcen, il est appelé au service militaire puis participera à la seconde guerre mondiale où il sera décoré pour bravoure.

Il y apprendra les langues espagnoles et italiennes. Il avoue qu’il est doué pour les langues, mais moins pour l’écriture : « Je ne suis pas de ceux qui écrivent avec facilité. C’est pour moi une opération laborieuse ».

À partir de 1945 et son départ de l’armée, il deviendra un membre actif du parti du peuple algérien dont il deviendra très vite membre du comité central. En 1950, il est emprisonné pendant deux ans à cause de son appartenance à l’Organisation spéciale. Il s’évadera et le voici au Caire où il connaîtra un certain Fethi Dib, futur patron des services égyptiens : « Je travaillais sans arrêt avec Fathi Dib, si bien que j’ai failli le tuer d’épuisement. Il fut atteint de thrombose. Sa femme qui était une respectable militante, courageuse et endurante, ne manquait pas de me dire chaque fois qu’elle me voyait : « Ahmed, tu vas finir par tuer Fathi, je t’en prie, ménage-le ! » Nous étions liés en ce temps-là par un lien révolutionnaire et pur, entre la révolution de juillet et celle de novembre ».

Revenons à l’Algérie en guerre et arrêtons-nous au congrès de la Soummam qui lui sort par les yeux : « Avant notre arrestation, les membres du courant dit « centralistes » du MTLD qui avaient été hostiles au déclenchement de la lutte armée et qui avaient tenté de saborder la révolution n’avaient alors aucune possibilité d’accéder aux organes de direction de la révolution. Or, ce congrès leur a permis de devenir membres du Conseil de la révolution, voire membre du CCE qui constituait l’exécutif de la révolution. Ce fut ensuite le courant de l’UDMA avec son chef Ferhat Abbes qui -il l’a écrit noir sur blanc- ne reconnaissait pas à l’Algérie la qualité de nation, qui deviendra le chef du gouvernement de la révolution. Ben Khedda que je respecte pour son honnêteté lui succédera à cette charge. Tous ces personnes ont combattu avec acharnement la révolution à ses débuts et ont même failli la saborder. Ce sont eux qui nous nommaient « Les aventuriers du Caire » ».

Ben Bella réécrit l’histoire comme elle l’arrange. Il sait que les combattants de l’intérieur le considéraient lui et les autres en villégiature au Caire et à Tunis. Quant à ceux qu’il attaque, Ben Khedda, Dahlab et Ferhat Abbes, ce sont d’authentiques patriotes qui ont souffert autant que lui et se sont d’abord battus ici durant les années cruciales de la guerre. Les deux premiers ont rejoint le FLN en 1954, et le troisième en mai 1955 après avoir connu la prison.

Lui-même et ses amis du Caire sont sujet à caution si on tient compte du livre de Boudiaf « La préparation du premier novembre » où il déclare clairement que selon les Centralistes le groupe du Caire (Ben Bella, Khider et Ait Ahmed) était contre le déclenchement de la guerre à la date du 1er Novembre. Toujours selon Boudiaf, Ben Bella lui-même a promis des armes qu’il n’a jamais livré en Libye.

Ceci doit nous amener à une extrême prudence quand on parle des hommes de la révolution. Ce sont d’abord des hommes avant d’être des héros. Et le moins que l’on puisse dire est que l’entente n’était pas parfaite entre eux.

Quand il sort de prison en 1962, il est remonté à bloc contre la ligne prise par la révolution : « J’ai évoqué mes griefs avec franchise et j’ai demandé que la révolution revienne à son orientation révolutionnaire arabe et islamique ainsi qu’à la solidarité avec le Machrek. Le problème était si aigu que nous avons échappé de peu à un affrontement militaire. Nos adversaires avaient été très loin et commençaient déjà à s’engager dans la voie de la francophonie qui gagnait du terrain à Rabat et Tunis ». Il vise Ferhat Abbes, Boumendjel et d’autres militants, les deux premiers ont pourtant même pris position pour lui lors de la crise de 1962.

« Je préfère que mes filles soient analphabètes plutôt qu’instruites dans une langue étrangère ».

Mais en avouant qu’il avait du mal à communiquer avec Nasser à cause de sa connaissance imparfaite de la langue arabe : « Pendant trente ans, j’ai été incapable de lire dans ma langue maternelle. Cela est une blessure irrécupérable ! ».

Il est tellement blessé par ce manque et irrité par la langue française qu’il dira : « Nous avons décidé d’envoyer nos filles, dès leur plus jeune âge, dans une école arabe plutôt que dans les écoles françaises ou espagnoles. Aujourd’hui, grâce à Dieu, elles étudient en arabe, elles sont totalement arabisées. Mais nous aurions préféré qu’elles restent analphabètes plutôt qu’instruites dans une langue étrangère. » Chauvinisme aveugle ? Au moins cela a le mérite de la clarté.

Le voici président de la jeune République algérienne. Grand lecteur, il partagera des livres avec Nasser et recevra Che Guevara dont il fera un tableau loin du héros romantique qu’on connait aujourd’hui : « Il vous donnait une impression de sérieux, d’absolu et de rareté. Il croyait en l’homme avant tout. C’était un des traits saillants de sa personnalité. Peut-être que ceux qui le rencontraient voyaient-ils avant tout ce trait de sa personnalité et, ne sachant pas le décrire en profondeur, parlaient de romantisme. À mon avis, il était d’un sérieux infini. Dans ce qu’il disait et dans ce qu’il faisait, c’était un véritable révolutionnaire. Si l’on veut, son romantisme, c’était ce penchant humaniste très fort chez lui ».

Quant au soviétique Khroutchev, il lui révélera comment Staline est resté ivre-mort et inconscient pendant quinze jours « ne cessant de répéter : L’Etat s’écroule…Tout est fini…Fini le communisme ». Khroutchev lui-même était un grand buveur, précise-t-il, tout comme le président yougoslave Tito alors que lui Ben Bella n’a jamais bu, ni fumé.

En matière de culture ce n’est ni Khroutchev, ni Catro, ni Guevara, ni Tito qui l’ont impressionné, mais le Ghanéen N’Krumah qui « possédait une culture immense, pas au sens académique du terme, non, c’était un grand penseur ».

En prison sous Boumediène, on met à sa disposition la télévision et la radio. A-t-il été humilié en captivité ? Il répondra qu’il eut des moments difficiles, mais qu’il n’a jamais été humilié comme dans d’autres pays arabes. Il reconnaîtra qu’il avait mis à profit les quinze années de détention pour lire, penser, méditer travailler. Il recevait beaucoup de livres : « Je dois dire que le colonel Belhouchet m’a facilité les choses de ce point de vue là, de même que l’officier qui l’avait précédé, Said Benabid (plutôt Abid, NDLR), dont on dit qu’il s’était suicidé alors que probablement, il a été assassiné ».

Trois oulémas condamnés à mort par le FLN

Le seul livre qui ne le quittera jamais nuit et jour, c’était le Coran qu’il connaîtra par cœur. En fait, c’est en captivité qu’il sera sensible à l’islam comme mode de gouvernance de la société, pas l’islam wahabite, mais un islam éclairé.

Comment alors ne pas parler de l’Association des oulémas : « Deux ans durant, après le déclenchement de la révolution, l’Association des oulémas s’opposa publiquement à la lutte de libération ». Dans la foulée, il ne rate pas Ben Badis : « …Je parlerai de cet homme, ce sera la première fois, auquel je voue un grand respect en tant que personne connue pour son intégrité et les efforts louables qu’il a déployé dans le domaine de l’arabisation et de l’enseignement, mais dont l’action politique, il faut être honnête, n’a rien de positif. (…) En 1937, Ben Badis demanda la nationalité française au cours de la réunion islamo-française où étaient représentés trois courants politiques : l’Association des oulémas et les « élus indigènes », représentants algériens au parlement français qui eux aussi réclamaient la nationalité française. On comprend pourquoi les prises de position des oulémas ne pouvaient pas aboutir à la revendication de l’indépendance. (…) Cette hostilité n’a pas été un fait isolé ; au cours de toute l’histoire de l’Association elle ne s’est jamais démentie, épousant directement ou indirectement les positions politiques de Ferhat Abbes ».

Il ira encore plus loin dans ses accusation contre les oulémas. Pour lui ce sont des traîtres qui méritent la mort : « Dès la première année de la révolution, face au déchaînement de virulence et d’hostilité, nous avons été amenés à condamner à mort trois illustres membres de l’Association. C’est là une révélation que je vous fais. Des trois, seul Allawa a été exécuté. Il était originaire de Constantine, il était très lié à Ferhat Abbes, je crois même qu’ils étaient parents ».

Les deux autres membres promis à exécution, mais qui ne le seront pas sont Tawfik al-Madani et Cheikh Khaïreddine. Même s’il n’adhère pas aux oulémas, il a les mêmes phobies, les mêmes interdits et peut être aussi le même projet de société. À la question faut-il commencer par la fermeture des lieux de « distractions » et l’interdiction de l’alcool et de tout ce qui est prohibé dans l’islam, il répondra sans hésiter : « Oui, tout cela doit être interdit quelles que soient les difficultés que l’on rencontrera ».

Le programme du FIS avant l’heure…

En visite à Souk Ahras un mois avant le coup d’Etat de juin 1965, son convoi fut stoppé par un convoi de villageois qui avaient barré la route, selon lui, avec leurs tracteurs. « Draïa, un responsable de Souk Ahras qui faisait partie du convoi officiel (il ne sera d’ailleurs pas étranger au coup d’Etat, mais cela est une autre histoire) alla jusqu’à me suggérer de sévir contre ces paysans. Bien entendu, je ne tins pas compte de cette aimable suggestion et descendis de voiture pour discuter avec eux. Peinés, ils me reprochaient simplement, alors que je passais non loin de leur bourg, de ne pas m’arrêter pour leur rende visite ! »

Au retour de sa visite, il s’arrêta comme promis à et les écouta : « Ahmed, prends garde à ceux qui t’entourent…Ils sont ceux-là même qui collaboraient avec les Français. » Il ajouta : « Ces agriculteurs me réclamaient, en outre, la constitution de comités révolutionnaires dont les membres seraient issus de leurs rangs. (…) Pourquoi n’ai-je pas donné le pouvoir à ces paysans qui avaient su appliquer en un temps record une autogestion devant laquelle je suis resté stupéfait ? »

Il ajoutera désabusé une dernière pique à ceux qui l’ont mis au pouvoir avant de le déchoir : « La révolution du 1er novembre était sortie de sa ligne…Le pouvoir avait été confisqué par ceux qui, pendant la lutte de libération nationale, vivaient au Maroc, en Tunisie et ailleurs. Leurs idées politiques et leur comportement quotidien en avaient fait des étrangers aux idéaux du 1er novembre. » Puisqu’il le dit…

*Ahmed Ben Bella
“Itinéraire”
Editions Maintenant

close