search-form-close
Journaliste incarcéré pour soupçons d' »espionnage » : son frère témoigne

Journaliste incarcéré pour soupçons d'”espionnage” : son frère témoigne

Said Chitour, journaliste détenu à la prison d’El Harrach depuis le 5 juin est « accusé à tort » , assure son frère, Mohand Tahar, dans une déclaration à TSA, ce samedi 8 juillet. Selon lui, Said Chitour leur a assuré qu’il n’avait « rien fait » et que les services de sécurité n’avaient « rien contre lui ».

« Il n’a ni la fonction, ni le statut pour ça, comment peut-il transmettre alors des documents classés secret-défense, ce n’est qu’un journaliste », s’interroge notre interlocuteur. Son frère lui aurait confié que « des gens du DRS » lui « en veulent » mais qu’il ne connaît pas les raisons. « Il n’a rien fait » et les services de sécurité « n’ont rien contre lui« , assure-t-il encore.

Said Chitour a déjà été « interpellé à deux reprises avant ce fameux 5 juin par le DRS », raconte Mohand Tahar Chitour. « Il a été interrogé, menacé puis relâché. S’il avait des choses à se reprocher, il aurait quitté l’Algérie ou il aurait demandé l’asile politique à l’une des chancelleries avec lesquelles il est soupçonné d’avoir collaboré », ajoute son frère.

Aujourd’hui, la détérioration de l’état de santé de Said Chitour inquiète sa famille. « En prison, on lui apporte des affaires personnelles, de la nourriture et même de l’argent mais rien ne lui a été remis, je ne sais pas pourquoi ils agissent avec lui comme avec un dangereux criminel, on ne comprend pas ces pratiques dans un pays dit démocratique », dénonce encore son frère.

« On l’a trouvé affaibli par le diabète, il a maigri considérablement, il avait les lunettes cassées car il se retrouve avec d’autres détenus dans la cellule et là-bas des bagarres éclatent presque tous les jours, mais vu son état, il est souvent transféré vers l’infirmerie cela nous désole, nous connaissons bien notre frère Saïd qui est un homme respecté et respectable, sa place n’est pas en prison », regrette M. Chitour.

Les deux avocats Me Khaled Bourayou et Me Miloud Brahimi qui sont sur l’affaire croient en son innocence.

| LIRE AUSSIMe Bourayou : le journaliste Said Chitour « n’a livré aucun document à des puissances étrangères »

Selon nos informations, Said Chitour a été interpellé après avoir évoqué l’état de santé du vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major avec des étrangers. « Il a seulement dit que Gaid Salah était malade », précisent nos sources.

  • Les derniers articles

close