search-form-close
La reconnaissance de Yennayer par l’Algérie inspire les militants amazighs marocains

La reconnaissance de Yennayer par l’Algérie inspire les militants amazighs marocains

La reconnaissance officielle par l’Algérie de Yennayer comme fête nationale et journée chômée et payée a réjoui les militants marocains en faveur de tamazight, tout en les poussant à appeler le pouvoir marocain à emboîter le pas à l’Algérie.

Yennayer, qui est fêté par une grande partie des Marocains le 13 janvier, occupe une place importante au sein des populations amazighophones du Maroc, notamment dans le Rif où la population réclame sa reconnaissance comme fête nationale depuis plusieurs années.

La revendication amazighe est montée d’un cran au Maroc depuis l’annonce de la reconnaissance de Yennayer comme journée chômée et payée par l’Algérie, le 27 décembre. Les associations et mouvements politiques amazighs sont depuis en ébullition et multiplient les initiatives et actions pour arracher la même décision de l’État marocain.

Mohamed Hendaine, président de la Confédération des associations amazighes du sud marocain, a déclaré au journal électronique marocain Telquel : « La décision algérienne est historique, elle contribue à la restitution des symboles de la civilisation amazighe en Afrique du Nord ». Il a ajouté que « la non reconnaissance de Yennayer comme fête nationale révèle une discrimination entre les civilisations et les populations ».

Tidjani Lhamzaoui, secrétaire général d’Azetta, réseau amazigh pour la citoyenneté, a exprimé au même média sa joie de voir « la reconnaissance de Yennayer chez le pays frère, l’Algérie », tout en regrettant « la confusion et la tergiversation que connaît le Maroc sur le dossier de l’amazighité de façon générale ».

« Depuis des années, nous appelons à ce que le nouvel an amazigh soit reconnu comme jour férié officiel mais le gouvernement a toujours ignoré notre revendication », a rappelé Adil Adaskou, militant amazigh marocain, cité par le Huffpost Arabi.

Les associations et mouvements militants pro-tamazight ont appelé à une grève générale pour le 13 janvier. « Aujourd’hui, nous sommes obligés de pousser à l’escalade, les amazighs feront entendre leur voix en boycottant les études et le travail ce 13 janvier. Nous avons également appelé les partis politiques et les associations ainsi que l’ensemble des Marocains à participer à cette grève », a affirmé M. Adaskou.

En plus des appels à la grève, les militants ont appelé à inonder le bureau du chef du gouvernement marocain de lettres l’invitant à reconnaître Yennayer comme fête nationale.

Une pétition a aussi été lancée pour appeler le gouvernement marocain à reconnaître le nouvel an amazigh. « La pétition pour un million de signatures pour la reconnaissance du nouvel an amazigh comme fête nationale et journée chômée et payée » appelle à « la reconnaissance définitive et complète des droits linguistiques et culturels amazighs au Maroc » et a rassemblé, jusqu’à aujourd’hui, plus de 4000 signatures.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close