search-form-close
L’anecdote maladroite d’un ministre tunisien sur l’Algérie

L’anecdote maladroite d’un ministre tunisien sur l’Algérie

Lors d’un déplacement en Italie, le ministre tunisien des Affaires locales et de l’Environnement, Riadh Mouakher, a exprimé son inquiétude sur le positionnement géographique de son pays : “C’est mal vu de dire que la Tunisie se trouve entre l’Algérie, un pays communiste, et la Libye, un autre pays qui fait peur”, s’est-il lâché. Le ministre préfère ainsi dire que son pays “se trouve sous l’Italie”, rapporte la presse locale.

Face aux réactions outrées en Algérie et en Tunisie, notamment de la presse et sur les réseaux sociaux, le ministre a tenté de corriger ses dires : Mouakhar affirme que ces propos ont été “sortis de leur contexte”. 

En effet, il indique au site tunisienumerique.com avoir raconté une anecdote au ministre italien des Affaires étrangères. Alors qu’il était étudiant qu’aux États-Unis, M. Mouakhar dit avoir été contraint d’expliquer la situation géographique de son pays en indiquant qu’il se trouve “sous l’Italie”. Ceci en raison du fait que les Américains ne connaissaient l’Algérie que comme un pays communiste, et la Libye comme un pays terrifiant sous le règne de Mouamar Kadhafi.

Dans tous les cas, cette déclaration peu diplomatique ressemble étrangement à celle de l’ex-président français, Nicolas Sarkozy en juillet 2015 à Tunis. Celui-ci s’inquiétait déjà du positionnement géographique de la Tunisie. « La Tunisie est frontalière avec l’Algérie, avec la Libye, ce n’est pas nouveau, vous n’avez pas choisi votre emplacement », déclarait-il au lendemain des attentats du Bardo en Tunisie.

Très mal reçue à Alger, cette insinuation de Sarkozy a fait réagir le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra qui trouva alors cette formule faisant date : “L’Algérie est un exportateur de stabilité”.

Ce n’est pas la première fois qu’un ministre tunisien évoque le positionnement géographique de son pays pour expliquer ses difficultés. Le 11 octobre 2015, le ministre de la Défense tunisien, Farhat Horchani, estimait que son pays était victime de son emplacement géographique. « Le terrorisme nous provient d’Algérie et de Libye », avait-il dit.

| LIRE AUSSI : Ministre de la Défense tunisien : « Le terrorisme nous provient d’Algérie et de Libye »

close