search-form-close
  • Brent: $45,84+0,46%
  • Taux de change: 1 € = 121,31 DZD (Officiel), 190 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Le chef de l’antiterrorisme marocain critique une nouvelle fois l’Algérie

Le directeur du Bureau central d’investigation judiciaire marocain (BCIJ), Abdelhak El Khiame, a critiqué, dans un entretien accordé à France 24, le manque de collaboration des autorités algériennes en matière de lutte contre le terrorisme.

« En ce qui concerne le voisin algérien, je fais porter la responsabilité à l’administration algérienne », a déclaré Khiame durant l’entretien, affirmant en outre qu’une centaine d’indépendantistes sahraouis localisés dans la région de Tindouf auraient rejoint les rangs de l’État islamique.

Ce n’est pas la première fois que le chef de l’antiterrorisme marocain critique les efforts de coopération de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme. « L’absence de coopération et de coordination avec nos voisins algériens constitue une opportunité pour l’installation d’organisations terroristes dans la région », avait-il déjà déclaré en mars dernier dans un entretien accordé au quotidien L’Économiste.

En décembre 2016, Albdelhak Khiame qualifiait de « piètre », voire d’ « inexistante » la coopération dans la lutte contre le terrorisme. « L’Algérie refuse de coopérer avec nous. Pourtant, les périls qui menacent aujourd’hui de frapper la région sont transfrontaliers. Il est donc important de collaborer. À mon avis, il existe tout un effort à déployer au niveau interarabe et pas seulement à l’échelle du Maghreb », estimait-il dans un entretien accordé à l’agence marocaine MAP.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

    18Hommes d'affaires, privatisation, migrants : Tebboune affiche ses différences avec Sellal et Ouyahia

    Abdelmadjid Tebboune a réaffirmé, dans la nuit du vendredi à samedi, la…

    Abdelmadjid Tebboune a réaffirmé, dans la nuit du vendredi à samedi, la volonté du gouvernement de séparer l’argent et l’État sans s’étaler sur la question malgré l’insistance des journalistes.

    « Tout le monde a compris la séparation entre l’argent et l’État. Chacun appréhende la question selon sa compréhension », a indiqué le Premier ministre lors d’un point de presse tenu à l’issue de l’adoption du plan d’action du gouvernement par l’Assemblée populaire nationale (APN).

    | LIRE AUSSI : Présentation…

  • L'Actualité en temps réel

  • International