search-form-close
Le Club des magistrats clarifie sa position sur la présidentielle, se dit prêt à juger les corrompus

Le Club des magistrats clarifie sa position sur la présidentielle, se dit prêt à juger les corrompus

Le Club des magistrats algériens est opposé à la tenue d’élections présidentielles sous l’actuel Code électoral, a appris TSA auprès de Merzougui Saâd Eddine, porte-parole du syndicat en cours de création. « Nous boycotterons les élections tant que l’actuel Code électoral ne sera pas modifié », a-t-il déclaré.

« Avec l’actuel Code électoral, le rôle du juge est purement statistique, il ne peut même pas surveiller, ni visiter, les centres de vote. Il ne fait que valider les résultats qui lui sont présentés », a affirmé le magistrat.

Le Club des magistrats algériens demande « la modification de la loi pour faire en sorte que les juges puissent réellement superviser les élections et qu’ils assument ainsi leur entière responsabilité », selon le porte-parole du syndicat. C’est, selon lui, le seul motif de boycott des élections. « Notre boycott des élections n’est pas une opposition à l’armée ou au commandement de l’armée », a-t-il assuré.

« Prêts à juger les corrompus »

Le porte-parole du Club des magistrats a salué le dernier discours du chef de l’armée et l’a qualifié d' »historique », « surtout la décision de protéger les citoyens et son appel à éviter la violence et l’atteinte aux biens publics et privés ». Un discours qui reflète, selon lui, « le professionnalisme de l’ANP qui insiste sur la nécessité de ne laisser couler le sang d’aucun algérien ».

Concernant la dénonciation par le général Gaid Salah de « parties complotant contre le peuple », le Club des magistrats a affirmé, à travers son porte-parole, la disposition de ses membres à « juger ces parties si c’est en tant que civiles qu’elles ont commis ces méfaits et à soutenir l’application de la loi avec rigueur si elles les ont commis en tant que militaires ».

« Nous, membres du Club des magistrats en cours de création, assurons que nous sommes prêts à juger les corrompus qui ont trahi le peuple algérien et affirmons à l’opinion publique que pour que les jugements soient efficaces et transparents, il faut atteindre une véritable indépendance de la justice qui est entravée par les lois actuelles », a déclaré M. Merzougui, « Les lois actuelles ne peuvent mener qu’à des poursuites superficielles qui ne convaincront pas le mouvement populaire », a-t-il ajouté.

Avec « toutes les solutions qui répondent aux revendications du mouvement populaire »

« Le haut commandement de l’armée a affirmé que toutes les perspectives possibles restent ouvertes, notre analyse est que l’institution militaire s’en tient principalement à la solution constitutionnelle mais sans exclure la possibilité de recourir à une solution politique », a estimé M. Merzougui, affirmant que les membres du Club des magistrats « soutiennent toutes les solutions qui répondent aux revendications du mouvement populaire, qu’elles soient constitutionnelles ou non, tant qu’elles excluent les trois B (Belaiz, Bensalah et Bedoui) ».

« Nous sommes avec toute solution qui satisfasse le peuple et qui conduise à des élections transparentes organisées par des personnalités propres qui ne se soient pas compromises lors des vingt dernières années », a conclu M. Merzougui.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close