search-form-close
  • Brent: $63,16+0,81%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Le Maroc attaque une nouvelle fois l’Algérie

Après une période d’accalmie de quelques semaines, les attaques marocaines contre l’Algérie reprennent. La diplomatie marocaine a une nouvelle fois attaqué l’Algérie au sujet de sa position dans la question sahraouie, affirmant que le pays « a perdu toute crédibilité au Conseil des droits de l’Homme (CDH) comme il l’a perdu en Afrique », rapportent les médias marocains.

« La nouvelle stratégie algérienne devant le conseil consiste à se cacher derrière des pays comme la Namibie pour s’attaquer à l’intégrité territoriale du Royaume », a affirmé le chargé d’affaires du Maroc à Genève, Hassan Boukili, au cours du débat ayant suivi la présentation du rapport du Haut-commissaire aux droits de l’Homme devant le conseil des droits de l’Homme (CDH), réuni pour sa 36e session.

« Le Maroc rejette les fausses pressions et le harcèlement que l’Algérie tente d’exercer sur le Bureau du Haut-Commissaire au sujet du Maroc », a déclaré le diplomate marocain, indiquant par ailleurs que son pays souscrivait pleinement à l’évaluation du Haut-commissaire au sujet de l’incohérence et de l’attitude hypocrite de certains États qui critiquent les droits de l’Homme chez les autres et qui les bafouent chez eux. « C’est exactement le cas de l’Algérie dès qu’il s’agit du Sahara marocain », estime Hassan Boukili.

Ce dernier a réitéré l’appel du Maroc à l’adresse du Haut-commissaire pour interpeller l’Algérie au sujet de ses vraies problématiques des droits de l’Homme, évoquant « les dizaines de milliers de disparitions forcées en Algérie, le déni du droit à l’autodétermination des populations kabyle et mozabite, le refus de recevoir le Rapporteur spécial sur la Torture, le Groupe de travail sur les disparitions forcées [ou encore] le Groupe de travail sur la détention arbitraire ».

Le diplomate a également cité les violations qui auraient été commises par le Front Polisario dans les camps de Tindouf, placés sous la responsabilité de l’Algérie, et exhorté le Haut-commissaire aux droits de l’Homme à inclure régulièrement ces questions dans ses futurs rapports au CDH, selon la même source.

close
close