search-form-close
Le Maroc nomme un nouvel ambassadeur en Algérie

Le Maroc nomme un nouvel ambassadeur en Algérie

Mohamed Ait Ouali est le nouvel ambassadeur du Maroc en Algérie. Il a été nommé ce lundi par le roi Mohamed VI au cours de la réunion du conseil des ministres. Il remplace à ce poste Lahcen Abdelkhalek. La décision du souverain marocain de nommer un nouvel ambassadeur à Alger intervient dans un contexte de tensions politiques entre les deux pays.

Dans un entretien à France 24 diffusé samedi 4 juillet, le président Abdelamdjid Tebboune a évoqué, les relations entre l’Algérie et le Maroc.

« Jusqu’à présent l’escalade était verbale mais nous constatons que nos frères marocains passent à une autre forme d’escalade », a souligné le chef de l’État algérien dans un entretien à la chaîne France 24. Le président Tebboune faisait allusion au projet marocain de construire une base militaire avec un centre d’espionnage, près de la frontière avec l’Algérie.

« J’espère que ça va s’arrêter. Nous souhaitons le plus grand bonheur et tout le développement au peuple marocain frère. Nous n’avons aucun problème avec les Marocains. Il semble que ce sont les frères marocains qui ont problème avec nous », a-t-il dit.

« Nous n’avons aucun problème avec le peuple marocain, ni avec le roi du Maroc », a-t-il assuré.

M. Tebboune a exclu de prendre une initiative envers le Maroc. Mais il laisse la porte ouverte à un éventuel dialogue. « Maintenant, si, eux pensent qu’il faut prendre une initiative, elle sera la bienvenue. Je pense qu’ils peuvent prendre une initiative qui va clore ce dossier », a conclu le président algérien.

Le Maroc n’a pas réagi aux déclarations du président de la république. Les relations algéro-marocaines traversent une nouvelle période de fortes turbulences, conséquence des déclarations de l’ex-consul du Maroc à Oran.

Le 13 mai, une vidéo relayée sur les réseaux sociaux montrait le consul général du Maroc à Oran, Boutaher Aherdane, en train de s’adresser à ses compatriotes venus protester contre le retard dans les opérations de rapatriement des citoyens marocains vers leur pays, dans un contexte de pandémie du coronavirus Covid-19 ayant mené à la suspension de tous les vols.

« Comme vous le savez, nous sommes dans un pays ennemi. Je vous le dis en toute franchise », peut-on entendre le consul général du Maroc à l’adresse de ses compatriotes bloqués à Oran. La déclaration du consul a provoqué un tollé en Algérie. Le même jour, l’ambassadeur du Maroc à Alger a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum.

« La qualification par le Consul général du Maroc à Oran, si elle venait à être établie, de l’Algérie de ‘pays ennemi’ est une violation grave des us et coutumes diplomatiques, qui ne saurait être tolérée », s’était indigné le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’Algérie a demandé et obtenu le départ du consul du Maroc à Oran.

  • Les derniers articles