search-form-close
Le parti d’Amar Ghoul prêt à discuter d’un report de la présidentielle

Le parti d’Amar Ghoul prêt à discuter d’un report de la présidentielle

TAJ, le parti d’Amar Ghoul, va entamer les discussions avec des personnalités politiques pour débattre de sa proposition d’organiser une conférence pour le consensus national, avant la présidentielle d’avril 2019.

L’annonce a été faite ce dimanche par Tahar Chaoui, membre du bureau politique du parti de Ghoul, en marge de la réunion de l’instance de coordination des partis de la coalition présidentielle ( FLN, TAJ, MPA et RND).

“Nous proposons une conférence pour le consensus national pour construire une nouvelle Algérie”, a-t-il soutenu. Cette conférence aura lieu sous le haut patronage du président de la République, selon le même responsable.

L’idée de cette conférence a été lancée, contre toute attente, mercredi dernier, par Amar Ghoul.

Sans le demander directement comme l’a fait le président MSP Abderrazak Makri, le parti TAJ ne se montre pas hostile à un éventuel report de l’élection présidentielle. Mieux, il se dit disponible à en discuter.

Tahar Chaoui, qui est le président du groupe parlementaire de TAJ à l’APN, n’écarte pas de débattre, en effet, lors de cette conférence, “du report de la prochaine présidentielle”.

“Nous sommes ouverts à toutes les propositions et avis à condition qu’ils soient dans l’intérêt national”, a précisé M. Chaoui, en niant que cette initiative a été prise par son parti sur injonction d’en haut.

“C’est faux. L’idée de cette conférence a été adoptée après la tenue de rencontres locales et régionales pour la préparation du congrès du parti qui se tiendra cette fin de semaine”, a-t-il répondu à une question de TSA Arabi. “Cette conférence est ouverte à tous les partis, du pouvoir et de l’opposition”, a encore précisé.

De son coté, le député TAJ Mustapha Nouassa a jugé que “la tenue de cette conférence était plus importante que la présidentielle”. “Le consensus national est une priorité, et il est plus important que la présidentielle qui est une étape secondaire”, a-t-il soutenu.

close