search-form-close
  • Brent: $58,29+0,37%
  • Taux de change: 1 € = 134,35 DZD (Officiel), 204 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Les conseils du FMI à l’Arabie saoudite

Le Fonds monétaire international (FMI) a conseillé jeudi à l’Arabie saoudite de ne pas aller trop vite dans ses réformes et dans les hausses de prix au moment où le royaume reste confronté à la baisse de ses revenus pétroliers.

L’organisation internationale a salué le programme de réformes saoudien qui vise à stimuler les recettes non pétrolières et à contrôler les dépenses publiques.

Le FMI a cependant conseillé à Ryad d’étaler la mise en oeuvre du plan sur une plus longue période afin de réduire les effets négatifs.

“Si l’assainissement des finances publiques est réalisé trop rapidement, cela aura un effet négatif sur la croissance” et entraînera de fortes hausses des prix du carburant et de l’électricité, a estimé le Fonds dans un rapport consacré à l’économie saoudienne.

Répondant à des questions de la presse à Washington, Timothy Callen, chef de la mission du FMI pour l’Arabie saoudite, a noté que le chômage restait élevé dans le royaume avec un taux d’environ 12,8%.

Confronté à une forte baisse des revenus pétroliers qui a entraîné des déficits budgétaires massifs ces trois dernières années, le royaume saoudien a lancé en 2016 un ambitieux programme pour diversifier l’économie, appelé Vision 2030.

L’un de ses objectifs est d’atteindre l’équilibre budgétaire d’ici 2019 et d’avoir un excédent l’année suivante.

Mais une équipe du FMI, qui s’est rendue à Ryad cet été, a appelé à une mise en oeuvre plus graduelle du programme de réformes en vue d’avoir un budget sans déficit d’ici 2022.

L’Arabie saoudite a affiché des déficits budgétaires d’un total de 170 milliards d’euros en 2014, 2015 et 2016, et devrait enregistrer un déficit de 45 milliards d’euros cette année.

L’économie s’est contractée au cours des deux premiers trimestres de 2017 en raison de la faiblesse des prix du pétrole.

Des mesures d’austérité ont jusqu’ici consisté à augmenter les taxes sur le tabac et les boissons gazeuses et énergisantes, à imposer des taxes sur les expatriés et à augmenter davantage les prix de l’énergie et de l’eau.

Le royaume introduira aussi pour la première fois début 2018 une TVA de 5% sur la plupart des biens et services.

Une deuxième vague de hausses de prix est attendue avant la fin 2017, selon le FMI. L’augmentation des prix de l’essence et de l’électricité pourrait atteindre 80%, selon le FMI.

La hausse des prix du carburant et de l’électricité a généré 7,5 milliards d’euros en 2016 et devrait générer 57,7 milliards d’euros d’ici 2020, selon les estimations du Fonds. Les taxes et la TVA devraient générer 17 milliards d’euros d’ici 2020, soit 2 à 3% du PIB.

Grâce à ces mesures, la croissance des secteurs non pétroliers devrait se redresser cette année, mais la croissance globale du PIB sera proche de zéro, compte tenu du recul de la production pétrolière.

Timothy Callen a estimé qu’il faudrait “du temps” avant que les réformes entreprises par Ryad aient “un impact”.

Il a aussi relevé que les autorités avaient réalisé des progrès “substantiels” pour la mise en oeuvre de la TVA et qu’elles devraient être fin prêtes pour le début de l’année 2018.

Capital Economics a de son côté estimé jeudi que l’économie saoudienne allait se contracter de 1,3% cette année, mais que la situation allait s’améliorer en 2018 et 2019.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

    Rabah Madjer nouveau sélectionneur des Verts
    Il y a 2 heures

    C'est officiel. Rabah Madjer est le nouvel entraîneur de l'équipe nationale de football.
    "La Fédération algérienne…

    C'est officiel. Rabah Madjer est le nouvel entraîneur de l'équipe nationale de football.
    "La Fédération algérienne de football a désigné M. Rabah Madjer sélectionneur national. L’installation officielle du nouveau…

  • L'Actualité en temps réel

  • International

close
close