search-form-close
Les retraités, une nouvelle filière d’émigration algérienne vers la France

Les retraités, une nouvelle filière d’émigration algérienne vers la France

Son costume bien ajusté et ses mèches tombant sur le visage cachent bien son âge qu’elle déclinera spontanément dans un moment. La dame s’agite sur son siège de l’appareil d’Air Algérie qui assure la liaison entre Paris et Alger. Visiblement, elle a la phobie de l’avion et pour conjurer sa peur elle déverse des flots continus de paroles. Elle parle de tout. Et surtout de sa propre vie.

Elle exhibe même des documents à l’appui, de peur de ne pas être crue par son compagnon de voyage. Elle a 70 ans, dit-elle. Retraitée, après une carrière de plus de 30 ans comme employée civile au ministère de la Défense nationale à Alger. Ayant un statut de “cadre” comme elle le dit, son mari aussi est atteint par l’âge de la retraite. Le moment de se délecter de la vie, de faire ses courses tranquillement, sans la dictature des horaires de travail. Le moment de se promener en ville en y posant un autre regard que celui du passant pressé.

Ce n’est pourtant pas le choix que fait le couple dont les enfants ont été aspirés par le vent de l’exil. Ils ne sont pas encore au bord du naufrage qu’est la vieillesse mais préfèrent ne pas se laisser accabler par le sort. Plus les années passent plus les soucis de santé poussent dans un pays où la prise en charge est chaque jour plus compliquée. Où surtout les mentalités ont changé au point de laisser peu de place aux “anciens” qui ne sont pas très imprégnés de religiosité. Le couple a vu son entourage se dépeupler et décide lui aussi de rejoindre les enfants installés en France. Quitte à braver le risque de clandestinité.

Après bien des péripéties, la situation est réglée. Le couple dispose d’un logement dans le parc social d’une commune d’Île de France et de l’Allocation sociale aux personnes âgées, dit le “minimum vieillesse”. En 2018, elle est de 1.293 euros pour un couple e de 833 euros une personne seule. “Elle est bien supérieure à nos deux retraites”, souligne la dame. “C’est bien la France, non?”, sourit-elle. “Remarque, ils nous ont colonisés. Il faut bien qu’ils paient”, nuance-t-elle.

Comme ce couple, les retraités algériens sont de plus en plus nombreux à se laisser entraîner sur les chemins de l’exil rejoignant les anciens émigrés qui, de leur côté, sont aussi de moins en moins nombreux à venir finir leur vie au bled. La harga a cessé d’être un phénomène touchant spécifiquement les jeunes.

Madame N. O. est architecte. Après une vie professionnelle à sillonner des chantiers à travers toute l’Algérie, une vie personnelle brisée par un divorce elle a décidé à plus de 60 ans de rejoindre son unique enfant, installé à Paris. Pour ses papiers, elle a réussi à se faire inscrire à l’université pour une thèse de doctorat. “Ça me donne du temps, après je vais explorer la voie de la réintégration puisque je suis née sous la colonisation”, explique-t-elle.

En tout cas, il n’est plus question de se réinstaller en Algérie où elle a vendu son appartement pour justement se priver volontairement de toute tentation de retour “en cas de vent de nostalgie”. “J’ai toujours été une femme libre. Même dans les années 90, j’ai continué à porter des robes et des jupes courtes. Je n’avais pas cédé à la pression. Maintenant, je n’en plus plus”, essaie-t-elle de se justifier comme pour conjurer un sentiment de culpabilité. “Jamais je n’avais pensé me séparer de ma propre histoire”, s’émeut la dame qui fut très impliquée dans le mouvement associatif.

Autre sexagénaire, ce dentiste qui vient de tout vendre à Béjaïa où il était installé. Il a fait les choses par étapes. Il a d’abord laissé partir son épouse et son fils qui ont vécu des années dans la clandestinité. Comme son cabinet carburait à plein régime il avait des revenus confortables et pouvait transférer chaque mois de quoi les faire vivre. Mieux : il a même réussi à acheter un appartement en banlieue parisienne. Cela a permis à la famille de régulariser sa situation. L’épouse s’est recyclée et travaille. Le fils fait des études. Le dentiste est en voie de recyclage dans la restauration.

Autre rescapé de Béjaia : cet ancien directeur de banque qui vient aussi de partir à la retraite. Avec femme, il a tenté une expérience en Belgique qui a tourné court. Il a rejoint aussi la banlieue parisienne où il compte de nombreuses connaissances. La famille n’a pas de papiers. Mais il n’est pas question de repartir en Algérie.

A l’hôpital où il travaille, ce psychiatre algérien arrivé, lui, il y a une quinzaine d’années a observé ce phénomène grossissant. De nombreux concitoyens, cadres déchus, viennent consulter pour des soucis de dépression. Paradoxalement, ces problèmes les confortent de leur volonté de ne pas retourner en Algérie, analyse-t-il.

Faute de statistiques, il est difficile d’évaluer ou de quantifier ce phénomène qui touche aussi des diplomates. Nombreux font le choix de s’installer en France quand ils ne sont plus dans le circuit. Ils ont l’avantage d’avoir tissé des relations et nombre d’entre eux n’hésitent pas à demander des logements sociaux à ceux qui furent leurs interlocuteurs.

Les Algériens demeurent la communauté étrangère la plus forte en France, selon le dernier rapport officiel publié en juin et portant sur l’année 2016. Ils étaient 589.134 à détenir un titre de séjour. Ce chiffre n’englobe pas bien sur les binationaux qui sont plus nombreux. En seconde position viennent les Marocains avec 498.980 titres de séjour puis les Tunisiens avec 212.750 titres de séjour.

Les Algériens sont aussi les principaux bénéficiaires du visa pour la France. Ils ont été plus de 422.000 à l’avoir eu en 2016 contre 253.000 pour les Marocains. Les Chinois ont été 770.000 mais cela les relègue loin proportionnellement à leur population.

Un certain nombre de détenteurs de visas sont en réalité des candidats à l’émigration qui ne reviendront pas. En 2017, près de 10.000 Algériens ont été visés par une mesure d’expulsion. Seulement, 1.539 d’entre eux ont été réellement expulsés.

close