search-form-close
  • Brent: $58,29+0,37%
  • Taux de change: 1 € = 134,35 DZD (Officiel), 204 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

L’immunothérapie, une piste thérapeutique d’avenir contre le diabète ?

REUTERS/Radu Sigheti
Le diabète de type 1 représente 10% des cas de diabète dans le monde.

La cause du diabète de type 1 n’est pas connue, mais des traitements efficaces pourraient voir le jour dans quelques années. Des chercheurs de l’Université du King College et de la faculté de Cardiff ont publié mercredi les résultats d’un essai clinique de phase I d’un médicament contre le diabète de type 1. Injectée toutes les deux à quatre semaines, sur une période de six mois, la MonoPeptide a stoppé la destruction des cellules produisant de l’insuline. Résultat, les patients ont pu réduire significativement les injections de cette hormone qui permet au glucose d’entrer dans les cellules du corps. Pour rappel le diabète de type 1, qui se développe chez les enfants et les jeunes adultes, est une maladie auto-immune détruisant les cellules du pancréas chargées de produire de l’insuline.

Une autre étude menée par l’université de San Francisco avait avancé de bons résultats, fin 2015. Suite aux résultats d’un essai de phase I, les chercheurs impliqués estimaient que cette méthode pouvait “rééduquer” les cellules T pour protéger les cellules concevant l’insuline.

Une industrie pharmaceutique frileuse

L’immunothérapie dans le diabète de type 1 est ce qu’on peut appeler une piste émergente. Le site Clinical Trial, qui rassemble les études cliniques récentes ne recense que 19 essais cliniques testant une immunothérapie contre le diabète de type 1. Et celles-ci son principalement menées par des universités de recherche et des instituts. En parallèle, on compte plus de 1.390 études répertoriées sur les insulines pour les diabétiques de type 1.

Si la piste de l’immunothérapie est récente, elle a également connu des échecs cuisants lors des derniers essais cliniques.C’est peut-être une des raisons pour lesquelles les laboratoires pharmaceutiques et biotechs sont frileux. Car le diabète de type 1 représente tout de même 10% des cas de diabète dans le monde (415 millions de diabétiques au total, selon l’International diabetes federation), et commercialiser un produit faisant baisser les dépenses des payeurs en insuline pourrait être lucratif pour certains laboratoires – notamment ceux qui ne vendent pas d’insuline -.

Trouver plus de patients répondant aux traitements

Néanmoins, comme l’explique l’Inserm, l’immunothérapie dans le diabète de type 1 doit relever plusieurs défis avant d’atteindre le marché. Les enfants, selon s’ils développent depuis longtemps ou peu de temps la maladie, ne répondraient pas de la même façon, ce qui implique “l’utilité d’une immunothérapie personnalisée“, fait valoir l’Inserm. Pour ce faire, reste à trouver les biomarqueurs – molécules permettant de caractériser la physiologie de chacun et donc les traitements adéquats – propres à chaque patient.

Dans l’étude menée par l’Université du King College et de la faculté de Cardiff, le nombre de patients traités était modeste. 84 patients ont été évalués. In fine, 16 ont été sélectionnés pour prendre le traitement et 8 pour le placebo.

L’autre clé pour le succès d’une l’immunothérapie dans le diabète de type 1 est une administration précoce du traitement, lorsque le patient n’a pas perdu un nombre trop important de cellules produisant de l’insuline.

 “Plus d’information sur la finance et l’économie sur latribune.fr”

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis (1)

  • À la une

    Rabah Madjer nouveau sélectionneur des Verts

    C'est officiel. Rabah Madjer est le nouvel entraîneur de l'équipe nationale de football.
    "La Fédération algérienne…

    C'est officiel. Rabah Madjer est le nouvel entraîneur de l'équipe nationale de football.
    "La Fédération algérienne de football a désigné M. Rabah Madjer sélectionneur national. L’installation officielle du nouveau…

  • L'Actualité en temps réel

  • International

close
close