search-form-close

Locales 2017 : Bedoui évoque une “fête démocratique”, répond à Anes Tina et évite le 5e mandat

Anis Belghoul / PPAgency

Nouredine Bedoui a tenu, dans l’après-midi de ce vendredi 24 novembre, une conférence au cours de laquelle il a donné les résultats préliminaires des élections locales (APC et APW), qui se sont déroulées, jeudi 23 novembre.

Publicité
Loading ads video ..

Durant son intervention qui a duré une trentaine de minutes, le ministre de l’Intérieur a répondu tour à tour à ceux qui critiquent le pouvoir sans les citer et qui remettent en cause la neutralité et la crédibilité de l’administration pour l’organisation des élections.

« À travers cette fête démocratique, le citoyen a démontré qu’il rejetait tous ces appels qui veulent tuer l’espoir au sein de cette nation. Certains voudraient même la faire revenir en arrière », a accusé Noureddine Bedoui. « Mais cela n’arrivera pas parce que l’histoire de la nation fait qu’elle relèvera tous les défis. L’Algérie a été libérée par ses enfants et sera bâtie par ses enfants », a-t-il ajouté.

Interrogé sur le cas du podcasteur Anes Tina en conférence de presse, le ministre de l’Intérieur a voulu positiver. « Ce sont nos enfants », a-t-il répondu.

Sur les problèmes de développement dans le pays, Bedoui a admis qu’il « faut travailler davantage », reconnaissant des insuffisances. Il a assuré que les critiques des médias sont perçues « de manière positive » parce qu’ils « nous ouvrent des portes », selon lui.

Le ministre de l’Intérieur a ensuite défendu la neutralité et la crédibilité de l’administration dans l’organisation du scrutin. « Les agents de l’État et de l’administration ont joué un grand rôle (dans ces élections) tout en s’attachant à la neutralité », a-t-il soutenu. « La force de l’administration, de ses responsables et ses fonctionnaires est dans le fait qu’elle se réfère toujours aux lois de la République. Elle traite tous le monde de la même manière », a-t-il dit.

Le ministre a minimisé les violences durant l’opération de vote et lors du dépouillement. « Les escarmouches étaient très limitées », a-t-il dit. Nouredine Bedoui a expliqué par la suite qu’il s’agissait « de quelque chose de normale par rapport au nombre extraordinaire des candidats et des listes aux élections locales. « Il y a eu certaines escarmouches. Des dispositions ont été prises. Elles n’ont pas eu d’influence sur les élections », a-t-il affirmé.

Durant son intervention, le ministre de l’Intérieur a précisé que le taux de participation à l’élection des APC était de 46,83% pour les APC et de 44,26% pour les APW. Pour lui, c’est une victoire sur l’abstention. « Je souhaite envoyer un message à tous ceux qui tentent de semer le doute. La participation des Algériens aux élections prouve la conscience du citoyen qui a répondu à l’appel du président Abdelaziz Bouteflika », a-t-il assuré.

Interrogé sur le taux d’abstention qui reste encore élevé, Noureddine Bedoui a évoqué un phénomène qui n’est pas propre à l’Algérie. Sur l’obligation de collecter des signatures pour les partis ayant moins de 4% des suffrages exprimés lors des précédentes élections, le ministre a affirmé que la disposition n’a pas constitué un obstacle. « Le nombre de liste déposées pour les APC ont augmenté de 10%. Ce n’était pas un obstacle », a-t-il précisé.

Dans cette ambiance de “fête démocratique”, le ministre de l’intérieur a refusé, à la fin de sa conférence de presse, de répondre à des questions au sujet du nombre important de harragas et le cinquième mandat du président Bouteflika.

close