search-form-close
Louisa Hanoune : « Bouteflika n’a aucune chance d’être candidat »

Louisa Hanoune : « Bouteflika n’a aucune chance d’être candidat »

Louisa Hanoune ne croit pas du tout à la perspective d’un cinquième mandat et elle le dit publiquement même si elle a tenu à préciser n’émettre qu’un avis bien « personnel ».

« Tout le monde se pose la question si le président sera-t-il candidat ? À mon avis non. Il n’a aucune chance pour qu’il le soit », a-t-elle asséné, catégorique.

Et d’ajouter : « Mais il y a quand même ceux qui se posent la question et d’autres qui disent qu’il faut qu’il soit candidat. Donc les choses ne sont pas claires. Peut-être que ça va se clarifier avant la fin de l’année. À partir de là, les horizons se dégageront et chacun pourra prendre position sur la base de données réelles. Parce que là, on ne peut faire que dans la spéculation ».

Se basant sur les déclarations des membres de la coalition présidentielle (FLN, RND, MPA et TAJ), la porte-parole du PT assure qu’il n’y a pas un consensus dans les cercles décisionnels autour d’une candidature.

« Pour le moment, la rumeur parle de plusieurs candidats, d’ambitions personnelles dans les institutions en non pas en dehors, mais ce n’est pas encore affiché officiellement. Ce qui rend la situation encore plus difficile. Pour conclure sur cette question, on ne peut pas parler aujourd’hui de consensus. Apparemment, ils ne l’ont pas encore (le candidat du consensus, NDLR) sinon ils l’auraient annoncé. Peut-être qu’il y a une démarche, une réflexion, un processus, mais à ce stade, on ne peut pas faire des projections », a-t-elle expliqué, en disant comprendre le peu d’empressement des potentiels candidats à se déclarer.

« Tout à fait normal, car il y a une illisibilité totale », justifie-t-elle. Et pour le PT ? « À ce jour, la question n’est pas du tout abordée », assure Mme Hanoun.

Pour ce qui est d’une prétendue lutte entre l’Armée et la présidence, elle refuse de se prononcer sur la question arguant une absence de « lisibilité » qui ne lui permet pas d’émettre un avis.

« Je ne peux y répondre, il faudrait qu’il y ait de la clarté dans les affaires du pays et il faut qu’il y ait de la communication, il faudrait qu’il y ait de la lisibilité pour qu’on puisse répondre. Or, j’ai expliqué dans mon rapport que l’opacité est totale. Ce qui rend la situation totalement illisible à très court terme. Quand je dis à très court terme, c’est dans les tous prochains mois et en rapport avec la présidentielle bien sûr ».

 

close