search-form-close
Louisa Hanoune : Gaid Salah « fait campagne pour le 5e mandat »

Louisa Hanoune : Gaid Salah « fait campagne pour le 5e mandat »

Le Parti des Travailleurs n’a toujours pas pris de décision concernant la participation à la prochaine présidentielle. S’exprimant ce vendredi 15 février à l’occasion de la réunion du bureau politique, Louisa Hanoune a annoncé que la décision de la participation ou non de son parti « sera prise ultérieurement par le comité central ». Sans fixer de date.

Ce qui ne l’a pas empêchée d’évoquer le rendez-vous d’avril prochain. Dans ce cadre, Louisa Hanoune a critiqué ce qu’elle a qualifié de l’implication du chef d’état-major de l’armée, le général Gaid Salah, dans la campagne du candidat Bouteflika.

« Même le chef d’état-major, lui aussi est rentré dans la campagne politique pour un nouveau mandat pour le président de la République » a-t-elle lancé sur le ton de l’étonnement. Avant d’enchaîner : « Le chef d’état-major avait déclaré récemment que l’armée ne s’ingérera pas dans la politique et ne permettra à personne d’entraîner l’institution dans ce domaine en rappelant ses missions constitutionnelles ».

« Où est la neutralité de L’ANP ?» s’est-elle interrogée.

« Le 5eme mandat, une crise mortelle du système »

L’annonce officielle de la candidature du président de la République pour un 5e mandat « est la confirmation claire qu’il s’agit d’une crise mortelle du système et non pas une crise d’hommes » a-t-elle estimé. « Pour les partisans du maintien de ce système, le moindre changement, y compris celui du candidat, peut détruire l’équilibre très précaire entre les forces en présence qui soutiennent le maintien de ce système », a-t-elle ajouté. « Ce système figé est dans une fuite en avant folle qui devient incontrôlable » soutient-elle.

« Si l’on devait prendre en considération le contenu de la lettre de candidature du président, on penserait qu’on est dans une véritable démocratie avec un contrôle du parlement sur l’exécutif et dans lequel l’opposition joue pleinement son rôle. Il n’y a aucun musèlement des libertés, pas de contraintes, pas de corruption et même le 18 avril ce sera des élections transparentes », a lancé Louisa Hanoune. Avant d’interroger : « Si tel était le cas pourquoi alors une conférence nationale ? ».

La conférence nationale proposée par le candidat Bouteflika pose moult questions, selon la patronne du PT. « S’agira-t-il de stopper la prédation et le pillage, de corriger l’orientation désertificatrice antinationale, antisociale et compradore depuis 2015 ou alors d’approfondir cette politique et liquider les subventions et les services publics déjà médiocres ? ».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close