search-form-close
  • Brent: $63,16+0,81%
  • Taux de change: 1 € = 134,84 DZD (Officiel), 204,50 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Maroc : même sans Zefzafi, le « Hirak » du Rif se poursuit

La situation reste tendue dans le Rif marocain. Malgré le vaste coup de filet des forces de sécurité marocaines ayant conduit à l’arrestation de plusieurs militants du mouvement de protestation dont Nasser Zefzafi, leader de la contestation, les manifestations ne se sont pas pour autant arrêtées. Au contraire, elles se sont propagées vers d’autres villes.

| LIRE AUSSI : Maroc : Nasser Zafzafi arrêté, nuit debout dans plusieurs villes marocaines

Hier lundi, près de 3000 manifestants ont marché dans les rues de la ville d’Al Hoceima, capitale de la contestation, pour réclamer la libération de Nasser Zefzafi et ses 30 codétenus, selon Telquel. Certains manifestants ont défilé avec des portraits de celui qui est devenu durant les trois derniers jours l’homme le plus recherché du royaume. Sur ces portraits étaient inscrits : « Nous sommes tous Zefzafi ».

Outre la libération de Zefzafi, les protestataires rifains ont maintenu leurs principales revendications socio-économiques et culturelles. Même son de cloche dans les villes rifaines de Nador, Atroukoute et Imzouren où des manifestations ont été organisées, toujours selon Telquel.

Les manifestations de soutien se sont propagées à d’autres villes marocaines. À Tanger, dans l’extrême nord du royaume, une imposante marche nocturne a été organisée, dimanche 28 mai, en soutien aux protestataires du Rif. Les manifestants, qui ont également dénoncé la politique du makhzen, ont été dispersés par la police.

L’escalade de vendredi dernier a fait réagir les responsables locaux de deux partis de la majorité,  le Parti de la justice et du développement (PJD, premier parti du Maroc dont est issu le Premier ministre) et l’Union socialiste des forces populaires (USFP). En effet, les sections locales de ces deux partis, ainsi que celle du parti nationaliste Al Istiqlal, ont demandé la libération des personnes arrêtées et la fin du-tout sécuritaire dans le Rif, selon Medias24.

Les bureaux locaux des trois formations politiques ont également critiqué le prêche du vendredi à l’origine de l’intervention de Nasser Zefzafi dans une mosquée d’Al Hoceima et les incidents qui ont éclaté par la suite, rapporte Yabiladi.

| LIRE AUSSI : Affrontements à Al-Hoceïma après une tentative d’arrestation du leader de la contestation du Rif

Pour ces partis, « la responsabilité » de la situation actuelle incombe à l’État marocain qui a œuvré à « la dépréciation du rôle des partis nationalistes et la prévarication de la vie politique dans la province ». Selon Yabiladi, les trois partis ont fait référence à la première position qu’occupe le Parti authenticité et modernité (PAM), une formation fondée par Fouad Ali El Himma, un ami très proche du roi Mohamed VI, dans la région du Rif.

Les sections locales des trois formations ont également critiqué le ministre marocain de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, dont l’action pourrait « mener la région et le pays vers l’inconnu ».

close
close