search-form-close
Militaires tués à Khenchela et Tébessa : ce que l’on sait

Militaires tués à Khenchela et Tébessa : ce que l’on sait

Les forces de sécurité ont entamé depuis l’année dernière des opérations de ratissage aux fins fonds des massifs jamais encore atteints, même durant les années 90, dans l’objectif de traquer les dernières poches de terroristes qui sévissent encore dans certains maquis, indiquent à TSA des sources sécuritaires.

Selon nos sources, cette stratégie visant à nettoyer les maquis mène les forces de sécurité dans des zones truffées de bombes de fabrication artisanale, expliquant les récents décès de sept militaires dont cinq à Tébessa et deux autres à Khenchela.

Les deux régions étaient connues durant la décennie noire comme faisant partie des « triangles de la mort », expliquent nos sources. Il s’agit notamment du triangle Skikda – Jijel – Bejaia mais aussi du triangle Tébessa – Khenchela et le nord de Oued Souf.

C’est au niveau de ce dernier triangle que l’armée effectue ses opérations militaires actuellement. Nos sources confient que cette zone est très dangereuse du fait de la présence de bombes artisanales, enfouies par les terroristes, un peu partout.

Les forces de sécurité restent néanmoins déterminées à libérer complètement la région de toute menace, notamment en ce qui concerne de la zone tampon avec la Tunisie d’où pourraient provenir les risques d’une menace terroriste.

L’ANP a de fait mobilisé d’importants moyens pour l’accomplissement de cette stratégie de prévention, aussi bien sur le plan humain que matériel, nos sources notant que les armes en provenance de la Libye qui transitent par Oued Souf trouvent leur chemin vers cette zone.

Les mêmes sources indiquent par ailleurs que les deux bombes artisanales ayant explosé au passage des convois militaires à Tébessa et Khenchela datent de plusieurs années, déclinant la thèse selon laquelle des groupes terroristes ont de nouveau peuplé cette zone.

Il ne s’agit donc nullement d’un acte de représailles suite à l’anéantissement des neuf terroristes en fin du mois de janvier, ni même d’une diversion, affirment les sources sécuritaires qui soulignent que « ces opérations vont continuer jusqu’au nettoiement complet de toutes les zones susceptibles d’abriter des irréductibles parallèlement aux opérations de déminage des lieux ».

close