search-form-close
Moustiques : premiers cas « autochtones » du virus Zika signalés en France

Moustiques : premiers cas « autochtones » du virus Zika signalés en France

Deux contaminations « autochtones » du virus Zika ont été signalées pour la première fois en France, dans la ville d’Hyères (près de Toulon, sud du pays), rapporte ce mardi le média public Francetvinfo.

Les cas dits « autochtones » concernent les contaminations de personnes qui n’ont pas voyagées et qui ont donc été piquées en France métropolitaine par des moustiques-tigres, précise la même source.

Les personnes contaminées ont été guéris, mais les signalements ont mené le ministère de la Santé français à activer le niveau trois du plan de lutte des maladies transmises par les moustiques-tigres.

« On est face au cas de deux personnes qui n’ont pas voyagé et qui ont été infectées localement par un moustique. Ces cas autochtones, c’est le signe que le moustique local, en France, peut transmettre le virus », explique Anna-Bella Failloux, professeure en entomologie médicale à l’Institut Pasteur dans un entretien accordé à Francetvinfo. « On avait déjà eu des cas de dengue, de chikungunya autochtones, mais c’est la première fois pour zika », précise la spécialiste.

Zika est un virus particulièrement dangereux pour les femmes enceintes, puisqu’il peut causer des malformations congénitales chez les enfants à naître. « Le virus Zika a habituellement besoin d’un insecte pour être transmis. Plus précisément, ce sont les moustiques-tigres, présents dans les zones tropicales et tempérées, qui le transmettent », indique la professeure Failloux, ajoutant que le virus Zika peut aussi être transmis par d’autres voies, notamment sexuelles.

Pour contrer le risque de transmission du virus, la spécialiste préconise de prendre les précautions classiques, notamment d’éviter d’être en contact avec les moustiques. « L’avantage, c’est que l’on n’aura bientôt plus de moustiques en France. En novembre, décembre, il n’y aura plus rien. Ainsi, il n’y aura pas d’épidémie aujourd’hui en France », rassure la professeure, conseillant en attendant aux femmes enceintes de « faire très attention à ne pas être infectées » en portant des vêtements couvrants, en n’allant à l’extérieur au pic d’activité des moustiques et en évitant de s’exposer aux piqûres.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close