search-form-close

Ouyahia : « Nous avons été traités de mafia et de voyous ! La moindre des choses est de répondre ! »

Sidali Djarboub / NEWPRESS

À l’issue de l’adoption du plan d’action de son gouvernement, ce jeudi 21 septembre, Ahmed Ouyahia est revenu sur ses réponses aux députés notamment en ce qui concerne ses virulentes attaques contre l’opposition. Lors d’un point de presse, le Premier ministre a assuré qu’il n’y avait pas de contradiction entre sa volonté d’apaisement et de sérénité et ses attaques contre l’opposition.

« Nous avons été traités de mafia ! Nous avons été traités de voyous ! La moindre des choses est de répondre. La démocratie, c’est le droit à la parole pour chacun. Nous avons été invités par d’autres à partir », a-t-il lancé. « Je n’ai pas l’habitude, quand je prends une gifle sur ma joue droite, de tendre la joue gauche », a lâché le Premier ministre qui dit faire la distinction « d’opposition civilisée » qui a le droit au respect et « d’opposition radicale ».

Interrogé sur les critiques formulées contre le choix du gouvernement d’aller vers le financement interne non conventionnel des déficits budgétaires, Ahmed Ouyahia s’est montré confiant avant de critiquer une fois encore l’opposition. « Il n’y aura une inflation ni à quatre chiffres, ni à deux chiffres. En tous cas, le gouvernement est là et les experts sont là. D’ici trois ou six mois, on va voir si cette décision est juste ou pas », a-t-il indiqué.

Selon lui, le financement interne non conventionnel a permis à l’Algérie d’éviter une « crise financière étouffante ». « Année après année », le gouvernement va solliciter de moins en moins le financement non conventionnel, a-t-il promis.

close