search-form-close
RCD-FFS : une rencontre inédite

RCD-FFS : une rencontre inédite

Le fait est sans doute inédit, voire même historique : pour la première fois depuis l’ouverture démocratique, le FFS et le RCD se rencontrent autour d’une table de discussion.

Ce mardi, le président du RCD Mohcine Bellabes a reçu au siège du parti à Alger, une délégation du FFS conduite par son premier secrétaire, Hakim Belahcel. Étaient présents à la rencontre : Fettat Sadat, Ouamar Saoudi et Nassim Yassa du côté du RCD et Dalila Taleb, Nora Mahiout et Nabil Ait Ahmed du côté du FFS.

Si rien n’a filtré, pour l’heure, sur la teneur des discussions entre les deux partis, on sait que cette rencontre s’inscrit dans le cadre des consultations engagées par le plus vieux parti d’opposition dans la perspective d’organiser une conférence nationale de dialogue et de concertation à laquelle il avait appelé récemment.

« Les discussions ont porté sur la situation politique dans le pays ainsi que sur les perspectives de transition démocratique et la construction d’un État de droit », a indiqué le FFS sur sa page officielle.

Cette première rencontre entre les « deux frères ennemis » qu’on avait peine à imaginer, il y a encore quelques mois, inaugure probablement un début de dégel et une normalisation des relations entre deux partis dont la rivalité a grandement porté préjudice au combat démocratique.

Le mérite revient incontestablement à la formidable irruption du mouvement révolutionnaire qui confine, au regard de l’enjeu, chaque parti à transcender les clivages et les divergences, comme le souligne l’ancien chargé de communication du FFS. « La révolution, ça sert aussi à effacer les clivages, les préjugés et les pensées rétrogrades. Le FFS va à la rencontre du RCD, de bon augure pour le combat démocratique en Algérie », a commenté sur son compte Facebook, Jugurtha Abbou.

Salué par de nombreux militants, comme en témoigne les réactions sur les réseaux sociaux, cette rencontre qui intervient après celle entre les dirigeants du FFS et Djamel Zenati, ancienne figure de proue du parti avec lequel il était en bisbille, va certainement renforcer les rangs du camp démocratique dans ce moment charnière que traverse le pays.

« Visiblement, la révolution fait bouger les lignes et pousse au dépassement des clivages et des calculs politiciens parfois suicidaires. Un bon vent souffle sur l’opposition », écrit un internaute. « Voilà une initiative salvatrice qui renforce le camp démocratique et qui outrepasse les différences de formes. Après Djamel Zenati, le RCD s’inscrit dans un front commun pour le changement, il est un honneur pour le FFS de partager une issue à la crise avec les intimes du combat démocratique. Une convergence audacieuse et de grande maturité ! », s’enthousiasme un autre.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close