search-form-close

Réponse d’Ouyahia à l’APN : ce qu’il faut retenir

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a répondu ce jeudi aux interventions des députés de l’Assemblée populaire nationale. Voici ce qu’il faut retenir :

1700 milliards dans l’informel

« Beaucoup a été dit sur l’argent de l’informel. Certains l’ont présenté comme un trésor qui va régler tous les problèmes si on le récupère », a-t-il ironisé. « Jusqu’en juillet dernier, la masse monétaire totale était de 14.500 milliards de dinars. L’argent de l’informel représente au mieux 1700 milliards de dinars, soit un peu moins de 17 milliards de dollars. C’est insuffisant pour régler nos problèmes », a affirmé Ahmed Ouyahia.

Les réserves de change sont à 103 milliards de dollars

Le Premier ministre a annoncé que les réserves de change de l’Algérie se sont établies à 103 milliards de dollars à la fin du mois d’août 2017. En septembre, elles vont baisser « encore un peu » pour s’établir à environ 102 milliards de dollars, a-t-il ajouté.

À la défense de la planche à billets

Le Premier ministre a répondu aux inquiétudes concernant la Planche à billets, notamment son effet sur l’inflation. « La masse monétaire de l’Algérie n’égale pas le montant des réserves de change », a estimé Ouyahia, ajoutant qu’« on ne va rien inventer » concernant le financement non conventionnel.

La valeur du dinar est liée à deux choses : les réserves de change et l’évolution des autres devises, a-t-il expliqué. « C’est de la démagogie » de dire que la Planche à billets conduirait à une baisse du dinar, a tranché le Premier ministre, annonçant en outre qu’un organisme chargé de contrôler le travail du gouvernement et la mise en œuvre du financement non conventionnel sera créé par décret présidentiel immédiatement après le vote de la loi modifiant le texte sur la monnaie et le crédit.

Crédits non remboursés

Le Premier ministre a annoncé que les crédits bancaires non recouvrés représentent 11% du montant total des crédits alloués par l’État, soit 800 milliards de dinars dont 100 milliards de crédits Ansej. Le total des crédits octroyés est de 8467 milliards dont 4000 milliards aux entreprises publiques et 700 milliards aux petites entreprises, le reste chez le privé.

L’argent manque

Des cantines scolaires ont été fermées à cause du manque d’argent, a reconnu le Premier ministre. L’Algérie a besoin de 200 milliards de dinars par mois pour fonctionner, a-t-il ajouté. Le budget de fonctionnement ne va pas augmenter en 2018, a-t-il promis. L’État va se serrer la ceinture. Mais le budget de l’équipement va augmenter pour créer des emplois et de la croissance.

Une taxe sur les voyages

Pour renforcer le tourisme local, Ahmed Ouyahia a évoqué la piste d’une nouvelle taxe sur les voyages. La société algérienne est une « société de consommation ».

Les Algériens sont également des voyageurs, a-t-il dit, évoquant une taxe pour les voyages dont il n’a pas précisé le montant. Mais cette taxe n’est pas prévue dans la Loi de finances 2018, a-t-il promis.

close