search-form-close

Situation financière de l’Algérie : la Banque Mondiale corrige son rapport

La Banque Mondiale a actualisé son dernier rapport de suivi de la situation économique de l’Algérie, retirant la mention « crise financière », a-t-on constaté sur le rapport publié sur son site internet.

La Banque Mondiale estimait dans sa première version du rapport qu’il sera difficile pour l’Algérie « de résister à la tentation de retarder à nouveau » le rééquilibrage des finances publiques, « même si le pays se dirige vers une crise financière déclenchée par le recours au seigneuriage pour financer le déficit budgétaire ».

Ce passage a été supprimé et remplacé par un autre indiquant qu’il « importera toutefois, à court terme, de gérer avec soin un recours exclusif au seigneuriage pour financer le déficit ».

Selon l’agence officielle APS, « l’essentiel de l’évaluation concernant l’Algérie a été fondé sur un rapport, intitulé ‘Algérie : vision 2035’, dont l’élaboration est au stade préliminaire. Les observations qui peuvent y figurer ne représentent pas l’avis de la BM tant qu’il n’est validé et publié par la Banque », indique la source.

« Le double déficit continuera de s’aggraver en 2018, et l’intention manifestée par les autorités de recourir au financement monétaire est très préoccupante », continue cependant d’affirmer la Banque Mondiale dans son rapport.

Le passage estimant que « la persistance du déficit budgétaire pourrait toutefois provoquer une forte création de monnaie, les autorités ayant jusqu’à présent refusé de financer le déficit en procédant à des emprunts extérieurs » reste également présent dans la nouvelle version du rapport.

Enfin, la nouvelle version du rapport de la Banque Mondiale n’a pas apporté de modifications sur les prévisions d’inflation pour les prochaines années. La Banque Mondiale continue de prévoir une inflation à 7.5% en 2018, à 8.1% en 2019 et à 9% en 2020.

close