search-form-close

VIDÉO. Le chef du Hezbollah accuse le Maroc d’avoir coopéré avec le Mossad dans l’affaire du Polisario

Le chef du Hezbollah Hassane Nasrallah a accusé ce vendredi 25 mai le Maroc d’avoir coopéré avec le Mossad dans l’affaire des accusations contre son mouvement sur des livraisons d’armes au Front Polisario, via l’ambassade d’Iran à Alger.

Nasrallah a affirmé que “dans la liste de noms présentés par le Maroc, certains n’ont aucune relation avec le travail militaire et sécuritaire du Hezbollah.”

Poursuivant, il a accusé gravement le Maroc d’avoir coopéré avec le Mossad. “C’est claire que sont les services israéliens (Mossad) qui ont fourni ces noms aux Marocains”, a-t-il dit.

“Le ministre marocain des affaires étrangères a dit avoir présenté au ministre iranien des affaires étrangères un dossier sur l’implication du Hezbollah avec le Front Polisario. Le ministre (iranien) des Affaires étrangères m’a envoyé ce soit disant dossier, parce qu’il n’y a pas de dossier. Il lui présenté une demie feuille”, a déclaré Hassan Nasrallah.

Le chef du Hezbollah a poursuivi en affirmant que le ministre marocain qui a “déclaré avoir fourni des preuves et des documents, il n’a pas été capable de présenter même pas une feuille. Il avait juste quelques noms et a refusé de les communiquer au ministre iranien.”

Il a demandé au Maroc de présenter des preuves. “Ou sont les preuves ? Avez-vous des enregistrements ? Une vidéo ? Des témoins ?”, a-t-il réclamé.

Le Maroc a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, en accusant le Hezbollah d’avoir fourni des armes au Front Polisario. Le ministre des Affaires étrangères marocain Nasser Bourita a affirmé, dans un entretien à Jeune Afrique, publié il y a une semaine, le Maroc a transmis à l’Iran un dossier « minutieusement préparé, pendant des semaines, sur la base d’informations collectées et recoupées sur plusieurs mois ». Selon le ministre marocain, ce dossier « récapitule des faits avérés et précis : dates de visites et hauts cadres du Hezbollah en Algérie, dates et lieux de réunion qu’ils ont tenues avec des responsables du Polisario, listes des agents engagés dans ces contacts ».

close