search-form-close
VIDÉO. Le SG de l’ONM charge Khaled Nezzar

VIDÉO. Le SG de l’ONM charge Khaled Nezzar

Le secrétaire général par intérim de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), Mohand Ouameur Benelhadj, a sorti, ce lundi 18 novembre, la grosse artillerie en révélant certaines facettes de l’ex-ministre de la Défense Khaled Nezzar.

Mohand Ouameur Benelhadj a été violement pris à partie dans un article du site « Algérie-patriotique », appartenant au fils de l’ex général-major Khaled Nezzar, aujourd’hui en fuite à l’étranger, lui reprochant d’avoir plaidé la cause de Lakhdar Bouregâa auprès du ministère de la justice.

« Je dis à ce journaliste et à son patron que l’ONM est libre. Lakhdar Bouregâa est un moudjahid. Il est du devoir de l’Organisation de défendre non seulement le moudjahid, mais aussi le droit. C’est ce qui nous a conduits à nous adresser au ministre de la Justice pour le libérer. Le ministre est un Algérien dans un gouvernement algérien, ce n’est pas un étranger », a commencé par réagir Mohand Ouameur Benelhadj dans une vidéo publiée sur le site de l’ONM.

« Deuxième point que n’ignore pas l’auteur de la critique et de l’insulte, la fille de Bouregâa a lancé un appel similaire pour la libération de son père qui est dans un état critique. Ce n’est donc pas seulement l’ONM qui a interpellé le ministre qui a le pouvoir pour contacter le parquet et essayer de trouver une solution à ce dossier », a-t-il ajouté avant d’évoquer le passif de celui qui est réfugié aujourd’hui en Espagne.

« Je ne vois pas comment, fait inédit, un homme (Nezzar, ndlr) parle de quelqu’un dont peut-être il a cherché la mort il y a soixante ans », souligne le SG par intérim de l’ONM. Selon lui, Khaled Nezzar a combattu à l’indépendance Lakhdar Bouregâa. « Je le dis, car Khaled Nezzar a utilisé de nouvelles armes russes offertes à la révolution, pour combattre Bouregaa sur sa route de Tunisie vers l’Algérie (…) Et aujourd’hui, Lakhdar Bouregâa est devenu son ami ! Peut-être le considère-t-il comme un membre de sa famille », a-t-il ironisé. « Mais il ne peut tromper personne », ajoute-t-il.

« En 1956, tu étais dans l’armée française, mais on ne savait pas ou, ici ou en France. En 1962, tu es rentré par voiture de Tunisie et tu disposes d’un ranch au centre de la capitale, 20 hectares à Bouchaoui », accuse encore le chef de L’ONM.

Benelhadj soutient que lui, en revanche, a formulé une demande, il y a trente ans, pour l’obtention d’un lot de terrain à bâtir à Dely Brahim, mais elle est restée sans réponse à ce jour. « J’habite un trois pièces-cuisine et je monte les escaliers où je suis tombé. J’ai eu le bras cassé à deux reprises, en plus des blessures de guerre et je suis unijambiste depuis 63 ans ».

« Qu’on nous mette sur la balance et on verra qui de nous deux est lâche », défie-t-il. Benelhadj promet que si d’aventure, le site de Nezzar l’attaque de nouveau, il fera d’autres révélations. « Et s’il revient à la charge, j’ajouterai un autre point qu’on tait pour le moment ».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close