search-form-close
VIDÉO. Merzoug Touati pardonne au juge qui l’a condamné, nouveau symbole d’une révolution pacifique

VIDÉO. Merzoug Touati pardonne au juge qui l’a condamné, nouveau symbole d’une révolution pacifique

Lors du rassemblement des avocats et des magistrats devant le Tribunal de Béjaia ce lundi matin, pour s’opposer au cinquième mandat, Marzoug Touati, blogueur récemment libéré après avoir été emprisonné pour « intelligence avec puissance étrangère », s’est emporté face à un de ses juges.

« C’est lui le juge qui m’a condamné à sept ans de prison ! Rappelez-vous bien de son visage », a lancé le blogueur libéré le 4 mars après un procès en appel à Skikda. Le face-à-face, largement relayé sur Facebook a suscité de vives réactions, notamment de la part des soutiens du blogueur.

Merzoug Touati est revenu, de façon plus apaisée, dans l’après-midi sur sa rencontre avec le juge qui l’a condamné, en juin 2018, à 7 ans de prison ferme. « Je suis allé au rassemblement pour y participer et le couvrir et je savais qu’il (le juge) prendrait part à cette action et j’en était très content. Mais au moment où je l’ai vu alors qu’il lisait son texte, il m’a vu, nous nous sommes reconnus et à ce moment-là, je me suis rappelé du jour du jugement, ce dont j’ai souffert, ce que j’ai vécu en prison et ce dont a souffert ma famille », a relaté le blogueur.

« J’ai fait ce geste non pas avec de mauvaises intentions mais à cause du choc », a-t-il expliqué, ajoutant qu’il ne voulait pas « casser le mouvement des juges ». « Au contraire, je suis très content de leur action ».

Merzoug Touati n’a exprimé aucune rancune envers le juge. « L’action des juges entrera dans l’histoire et le premier groupe de juges qui se sont rebellés contre le régime sont ceux de la Cour de Justice de Béjaia et je salue ce geste », a-t-il dit dans son message.

« Monsieur le juge Issad Mebrouk, je lui adresse mes respects et mes salutations chaleureuses, et je lui demande pardon parce que peut-être dans un moment d’émotion j’ai fait un geste que je n’aurais pas dû faire », a même déclaré le jeune blogueur à l’adresse du juge. « Il sera toujours notre frère, nous le respectons et son geste aujourd’hui restera parce que c’est lui qui a eu le courage de lire la déclaration des juges. Le nom du juge Issad Mebrouk restera gravé dans l’histoire de ce pays », a-t-il insisté.

close