search-form-close
Affaire d’espionnage : Benflis dénonce et s’explique

Affaire d’espionnage : Benflis dénonce et s’explique

Ali Benflis a réagi lundi soir au communiqué du Tribunal de Bir Mourad Rais sur l’arrestation et l’incarcération d’un ex-membre de son staff de campagne électorale dans le cadre d’une affaire d’espionnage au profit d’un pays étranger.

Le candidat à l’élection présidentielle a répété que « l’accusé n’a jamais fait partie de son staff électoral, et que sa présence à ses meetings était due à des considérations techniques liées au son étant donné que le mis en cause est un spécialiste en la matière ».

Concernant son compte bancaire, Ali Benflis précise qu’il était ouvert au sein de la banque française Crédit du Nord, à Marseille. L’ancien chef du gouvernement donne du coup le nom du pays pour lequel B.S aurait transmis « des rapports sur la situation politique en Algérie en général, et sur la campagne électorale en particulier », comme l’a indiqué hier le communiqué du parquet.

Concernant ce compte bancaire, Benflis affirme qu’il est commun avec son épouse, et qu’il a été ouvert en 1998 à Marseille, avant d’être transféré à Paris, puis fermé par la banque le 21 mars 2019. « La banque a décidé de fermer ce compte au motif qu’il appartenait à un homme politique étranger », affirme Benflis, en ajoutant que B.S n’a pas réussi à régler le problème de compte, contrairement à ses affirmations.

Il affirme aussi qu’il a toujours intégré ce compte dans la déclaration de ses biens lors des présidentielles de 2004, de 2014 et de celles annulées de 2018. Il précise aussi que ce compte contenait la somme de 11057,81 euros, qu’il n’a toujours pas récupéré.

Le candidat à l’élection présidentielle estime que « le mélange entre une affaire d’espionnage au profit d’un pays étranger et un compte bancaire constitue une atteinte à son honneur, à sa réputation et à son image à la veille de la présidentielle ».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close