search-form-close
Ali Benflis met en garde contre l’échec du dialogue national

Ali Benflis met en garde contre l’échec du dialogue national

Le président du parti Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, a appelé ce mercredi à « donner sa chance » au dialogue national prenant actuellement place à l’initiative du pouvoir, estimant que son échec « ferait véritablement entrer le pays en territoire inconnu et l’exposer à des dangers redoutables ».

« Il aura fallu attendre le 26 juillet dernier, c’est-à-dire l’entrée de la crise politique dans son sixième mois, pour qu’un panel de personnalités soit constitué à l’effet d’ouvrir un dialogue national », a indiqué l’ex-chef du gouvernement dans un entretien accordé au quotidien Le Soir d’Algérie. « Mais sans même lui laisser le temps de faire son chemin, l’idée du dialogue national a subi des assauts de toutes sortes qui ne pouvaient avoir pour résultat inévitable que celui de faire dérailler, avant même qu’il ne prenne son départ, un processus si laborieusement mis en état de marche », a estimé Benflis.

« Nul ne pouvait penser qu’un état de grâce serait accordé au dialogue national, mais l’on pouvait raisonnablement espérer de la réserve le temps qu’il fasse ses preuves. Il faut donner sa chance au dialogue national. Il ne faut pas se précipiter à le ranger au rayon des occasions manquées », a estimé encore le président de Talaie El Hourriyet.

« Le dialogue national, ce n’est pas seulement un ordre du jour, un cadre, des objectifs et des procédures. C’est aussi, et surtout, un environnement d’apaisement et de confiance qu’il faut savoir créer. Le dialogue national a un besoin vital d’apaisement et de confiance », a préconisé Ali Benflis. Évoquant son éventuelle participation au dialogue, l’ex-chef du gouvernement a affirmé qu’il assumera ses responsabilités « en droite ligne des choix que j’ai faits, du positionnement que j’ai clairement adopté et des convictions que j’ai exprimées depuis le début de la crise », a-t-il indiqué.

« Sans des mesures d’apaisement et de confiance, il y a tout lieu de craindre que le dialogue national ne vienne s’ajouter, à son tour, à la liste déjà fournie des occasions que le règlement de la crise actuelle aura manquées. Les conséquences en seraient alors incalculables », a affirmé Ali Benflis. « Il ne faut pas se cacher la vérité et admettre que l’échec du dialogue national ferait véritablement entrer le pays en territoire inconnu et l’exposer à des dangers redoutables », a-t-il insisté.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close