search-form-close
  • Brent: $51,66+0,25%
  • Taux de change: 1 € = 117,16 DZD (Officiel), 189 DZD (Parallèle)
  • TSA Météo

Candidates sans visage : le FFS condamne, d’autres partis se réfugient derrière le vide juridique

Les mises en demeure adressées par la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) aux partis dont les listes n’affichent pas les photos des candidates aux législatives dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj a suscité diverses réactions auprès des partis politiques concernés.

Le Front national algérien (FNA) et l’Alliance Nahdha-Adhala-Bina s’accordent à dire que cette disposition est « non-réglementaire », évoquant « un vide juridique » dans le code électoral. « On est d’accord sur le principe que chaque candidat ou candidate doit mettre sa photo et tous les renseignements nécessaires sur l’affiche électorale afin de permettre à l’électeur de choisir son candidat », reconnaît Lakhdar Benkhellaf, représentant de l’Alliance Nahdha-Adhala-Bina.

« La HIISE a profité de la conjoncture pour imposer une mesure qui n’est pas réglementaire », a ajouté M. Benkhellaf, en évoquant « une faute technique » émanant des responsables locaux du parti. « La bêtise a été rectifiée et l’affiche a été retirée. Une nouvelle affiche est en cours d’élaboration », a-t-il souligné.

« Sur le plan juridique, après la validation définitive d’une liste un mois avant la date du scrutin, personne ne peut l’annuler », assure M. Benkhellaf. « Les candidates ont remis des photos à l’administration, mais elles n’ont pas donné de photos pour l’affiche électorale. Je pense qu’elles n’ont pas voulu donner plus de photos. Ensuite, la bêtise s’est produite », ajoute-t-il, en insistant que « sur le plan réglementaire ce qu’a fait la HIISE est faux. Le code électoral ne contient pas un seul article qui oblige que la photo du candidat ou la candidate soit affichée ».

Pour Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), la HIISE « n’est pas habilitée » à prendre des mesures à l’égard des listes électorales. Dans un meeting animé mardi à Guelma, le chef du FNA a affirmé dans des propos cités par l’agence officielle que la Haute instance « a la charge de surveiller les discours et non pas les affiches ». Selon M. Touati, « seule l’administration est habilitée à vérifier la présence ou non des noms sur les listes ».

Le FFS a pour sa part « ordonné le retrait immédiat » de l’affiche où les visages des candidates sont invisibles, affirme Hassen Ferli, secrétaire national chargé de la communication du parti. En outre, le FFS « condamne vigoureusement ce type de procédés incompatible avec les principes et les valeurs du parti ».

Le FFS affirme de plus qu’il s’agit là d’une initiative « fort malencontreuse prise par l’équipe de communication chargée de l’élaboration de l’affiche électorale de la liste de Bordj Bou Arreridj » qui « a escamoté les photos de nos candidates pour les remplacer par un croquis anonyme censé représenter une figure féminine ».

Le FFS dit également s’engager « en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes » et au « respect de la dignité intrinsèque de la citoyenne algérienne ». Quant à la position du FFS par rapport à la mesure de la HIISE, Hassen Ferli dit que son parti préfère « ne pas s’interférer dans les prérogatives de l’instance ».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

  • Votre avis

  • À la une

    92EXCLUSIF. Les chantiers de logements à l'arrêt : l'Algérie incapable de payer les entreprises étrangères
    Il y a 6 heures

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon…

    La crise économique qui frappe l'Algérie paralyse le secteur du bâtiment. Selon nos informations, les chantiers de construction de tous types de logements (LPP, social, AADL, rural) sont à l’arrêt depuis plus de quatre mois, faute de financements.
    Faute d’argent, les banques refusent de payer les entreprises de réalisation, selon nos sources. « Il y a 1300 milliards de dinars de créances impayées, réclamées par les entreprises de réalisation. Le CPA et la CNEP refusent de débloquer…

  • Actualité - Politique

  • Économie