search-form-close
Communiqué du quotidien électronique Interlignes Algérie

Communiqué du quotidien électronique Interlignes Algérie

Le bras long de la censure a atteint notre journal, Interlignes Algérie (www.inter-lignes.com). Depuis une semaine, nos lecteurs l’auront certainement constaté, notre site est inaccessible à partir d’Algérie, les utilisateurs de l’ADSL et de la 4G n’arrivant pas à accéder aux contenus de notre média.

Toutefois, ce constat étant fait seulement sur le territoire national, à l’étranger Interlignes fonctionne tout à fait normalement, il faudra à nos lecteurs recourir à l’application VPN pour pouvoir contourner cette censure arbitraire que nous n’arrivons pas à comprendre. Car, depuis sa création, notre journal électronique s’est fixé une ligne claire et nette : informer objectivement et traiter toute l’information sans aucun parti pris.

Mais, il semblerait que cette manière de faire et l’audience de notre journal, qui ne cesse de croître, n’ont pas été du goût de ceux qui ont décidé de le censurer. Ce blocage, faut-il le rappeler, a eu lieu à partir de jeudi dernier faisant suite à la publication d’un article reprenant une enquête du journal français, Le Nouvel Observateur, sur les avoirs des ministres de Bouteflika à l’étranger.

Mais ce n’est certainement pas l’unique raison. Notre large couverture des marches du mouvement populaire, vidéos, articles de fonds, directs, a, visiblement, dérangé. Et pour nous faire taire, le recours au blocage du site a été l’unique solution trouvée. C’est parce que cet acte de censure grave d’un média indépendant, que nous dénonçons énergiquement, perdure que nous avons décidé d’informer l’opinion publique et nos lecteurs.

Enfin, nous réitérons notre détermination à ne rien changer à notre manière de travailler, car la censure et l’autocensure sont incompatibles avec le métier, noble, du journalisme. La liberté de la presse est un levier essentiel de toute démocratie.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close