search-form-close
Coronavirus : la France entame son déconfinement

Coronavirus : la France entame son déconfinement

La France entame ce lundi 11 mai son  déconfinement, deux mois après l’entrée du pays en confinement afin de tenter d’endiguer la pandémie du coronavirus ayant jusqu’à présent causé la mort de plus de 26 000 personnes en France sur plus de 177 000 cas de contamination recensés, rapportent plusieurs médias.

Malgré la fin du confinement, les règles demeurent très strictes pour la population afin d’éviter une nouvelle propagation massive de l’épidémie de coronavirus. Il est par exemple désormais possible de circuler sans attestation à partir de ce lundi, mais uniquement jusqu’à 100 km de son domicile, sauf motif impérieux familial ou professionnel. Les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés, à domicile notamment, sont pour leur part limités à dix personnes.

Les parents pourront, s’ils le souhaitent, envoyer les bébés en crèches et les enfants en maternelle et à l’école. Mais dans les faits, la reprise de la classe n’aura pas lieu avant le milieu de semaine et pour un nombre très limité d’écoliers. Les cimetières sont également rouverts au public dès ce lundi. Cependant, les cérémonies funéraires restent limitées à 20 personnes. Les promenades en forêt sont quant à elles de nouveau autorisées, à condition de respecter les mêmes règles qu’ailleurs soit pas plus de dix personnes, et distanciation sociale.

Hormis les cafés et restaurants, tous les magasins peuvent rouvrir à partir de ce lundi à condition d’être en mesure de faire respecter les mesures de protection sanitaire. Le commerçant pourra d’ailleurs obliger les clients à porter un masque. Les médiathèques, les bibliothèques et petits musées rouvrent leurs portes dès lundi, sans obligation du port du masque dans ces endroits.

Le port du masque est cependant obligatoire pour tous les passagers dans les transports publics, sous peine de risquer une amende de 135 euros. Des règles de distanciation sociale doivent également être respectées, ce qui n’a toutefois pas été le cas dans les transports parisiens ce lundi matin, avec des rames de métro bondées.






Une situation critiquée par les internautes ainsi que plusieurs personnalités politiques françaises. « Les incohérences entre consignes de distanciation et injonction de retourner au travail ne pouvaient qu’aboutir à ça : métros bondés et mise en danger des travailleuses et des travailleurs », a dénoncé Manon Aubry, députée européenne du parti de gauche France Insoumise, qui qualifie ce déconfinement de « désordonné et hasardeux ».

« Gouvernement d’irresponsables : regardez et vous comprendrez (quelles que soient les explications) qu’on envoie ces pauvres gens à l’abattoir économique ! », a dénoncé pour sa part Gilbert Collard député européen du parti d’extrême droite Rassemblement national.

Une situation crainte et anticipée la veille par Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France Insoumise. « On annonce des proportions de trains et de métros, mais on ne sait pas combien de gens vont venir […] demain, vous allez avoir des milliers de gens sur les quais » et les agents de sécurité vont devoir « toucher du bras ou de l’épaule la personne qui n’a pas de masque, soit qu’elle n’a pas pu se le payer, soit qu’elle n’a pas de conscience civique suffisante », a-t-il fustigé, cité par Le Parisien, dénonçant une décision de déconfiner prise « par un seul et unique personnage, le président de la République, sans qu’on y mette en face les moyens concrets », qualifiant Emmanuel Macron de « souvent nous donner l’impression d’être totalement surexcité ».

« RER B, RER D, ligne 13, bus… les premières images montrent des transports où le respect de la distanciation physique est impossible », a signalé quant à elle Céline Malaisé, conseillère régionale du parti communiste français « Nous avions alerté qu’une reprise non prête ne peut pas fonctionner. Elle met en danger ceux qui ne peuvent pas télétravailler », a-t-elle déploré.

En  parallèle, les autorités ont mis en place à Paris des points de distribution de masques et de gel hydro-alcoolique pour les voyageurs utilisant les transports en commun.




Les cinémas, les théâtres et les salles de concert restent fermés au moins jusqu’au 1er juin, de même que pour « les salles des fêtes et les salles polyvalentes ». Les grandes manifestations sportives, culturelles, notamment les festivals, les grands salons professionnels, tous les événements qui regroupent plus de 5000 participants sont quant à eux toujours interdits.

Au premier jour du déconfinement, des clients et clientes ont afflué pour former des queues devant les magasins de vêtements et cosmétiques, autorisés à rouvrir.


 

  • Les derniers articles