search-form-close
Gaid Salah inflexible sur la présidentielle, nouvelle journée de mobilisation des étudiants

Gaid Salah inflexible sur la présidentielle, nouvelle journée de mobilisation des étudiants

23h35. Fin de ce direct.

22h38. Alger : le parvis de la Grande poste barricadé. Des travailleurs s’affairent actuellement à barricader l’accès au parvis de la Grande poste pour empêcher les manifestants d’y accéder vendredi prochain

Lors du 13e vendredi, une « bataille » avait opposé les forces antiémeute et les manifestants pour l’occupation de cet espace, lieu de ralliement des marcheurs

21h36. FCE : Khelifati retire sa candidature, appelle les entreprises à quitter le Forum (Lire)

21h06. Moncef Othamni démissionne de la présidence du FCE(Lire)

20h38. Vidéo : réécoutez l’intervention de Gaid Salah sur la lutte contre la corruption

17h25. Le Palais du gouvernement, cible des étudiants pour leur 13ème mardi (Lire)

17H40. Sur les réseaux sociaux, des campagnes de dénonciation et de solidarité avec les étudiants et les enseignants interpellés ce mardi à Alger. Ils seraient nombreux à être encore interrogés dans les commissariats.

17h18. Le MSP propose la tenue de la présidentielle dans six mois (Lire)

16h04. Me Saddat Fetta affirme se trouver actuellement au commissariat central d’Alger pour s’informer sur le lieu de détention des étudiants arrêtés ce mardi à Alger

16h00. Dans un communiqué, le RND apporte son soutien à Ahmed Gaid Salah et son appel à la tenue d’une élection présidentielle.

15h14. Destitution de Bouchareb : le FLN gèle ses activités à l’APN (Lire)

15h12. VIDÉO – Zidane refuse de se prononcer sur le Hirak (Lire)

14h54. APN : le groupe parlementaire FLN gèle ses activités jusqu’au départ de Moad Bouchareb

14h50. Alger, Grande Poste : La police commence à disperser les manifestants.

14h14. Alger, Ouyahia ne se présentera pas devant la Cour suprême aujourd’hui. Les journalistes, qui se sont présentés ce matin devant l’institution, viennent de quitter les lieux

| Lire sur TSA :  Gaid Salah : « La corruption a des prolongements politiques, financiers et médiatiques »

13h24. Alger, les étudiants tiennent un rassemblement à la Grande Poste.

(Photo : TSA)


13h22. Alger, l’hélicoptère de la police continue de tournoyer dans le ciel.

(Photo : TSA)


13h16. Alger : devant la Cour suprême, en attendant l’arrivée éventuelle d’Ouyahia.

(Photo : TSA)


13h10. Gaid Salah dans un nouveau discours prononcé hier soir mais diffusé ce mardi parle « de nombreux dossiers lourds et dangereux, ce qui a fait peur à la bande. Cette dernière s’est précipitée pour entraver les efforts de l’ANP et la justice ».

13h05. Gaid Salah dans un nouveau discours prononcé hier soir mais diffusé ce mardi : « La corruption a des prolongements politiques, financiers, médiatiques et de multiples lobbies qui se diffusent dans les institutions de l’État ».

12h56. Le MPA d’Amara Benyounes réagit au discours de Gaid Salah : « Conscient de la gravité de la situation du pays, le mouvement populaire algérien accueille avec satisfaction les dernières déclarations du vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’ANP, qui constituent une confirmation sans équivoque de l’engagement de l’institution militaire pour une sortie de crise apaisée. Le MPA, tout en réitérant son soutien à une solution politique, réaffirme son attachement à un processus constitutionnel, seul à même d’épargner au pays des errements préjudiciables, qui pourraient hypothéquer son avenir immédiat. Ainsi, l’organisation dès que possible d’une élection présidentielle, garantie par des mécanismes de gestion indépendants et transparents serait la solution idoine et démocratique pour une sortie de crise, et l’avènement d’un pouvoir politique légitime issu d’urnes transparentes ». (Lire)

12h49. Mostaganem : nouvelle mobilisation des étudiants issus des différentes facultés de l’université. Ils maintiennent les mêmes revendications et réclament l’annulation des élections du 04 juillet prochain (source site mostaganem-aujourd’hui).




12h26. Nouvelle intervention de Gaid Salah sur la situation politique : Il appelle le peuple algérien à la plus grande vigilance et à faire confiance à la justice.

12h23. Sidi Bel Abbès, les étudiants manifestent pour le 13e mardi consécutif.

12h22. Mostaganem : Des centaines d’étudiants manifestent « pour un État civil, non pour un régime militaire », « Non aux élections de la fraude »

12h09. Tlemcen : Des milliers d’étudiants manifestent en ce moment. « Nous sommes mobilisés et nous le resterons jusqu’au démantèlement du système », scandent les manifestants.

12h02. Alger, le Palais du gouvernement sous haute protection policière.

11h55. Oran : « Pour un Etat civil », scandent les milliers d’étudiants qui défilent en ce moment dans les rues.

11h51. Bejaia, imposante marche des étudiants contre le système


11h46. Oran : Comme chaque mardi, des milliers d’étudiants manifestent en ce moment dans la rue. « Makanch Intikhabat ya Aissabat (Il n’y aura pas d’élections, bande de mafia) », scandent les étudiants.

11h45. Alger, Palais du gouvernement regardez comment les étudiants ont forcé un cordon de policiers.

11h41. Alger, des étudiants touchés par les gaz lacrymogènes soignés par des bénévoles. Devant le Palais du gouvernement; la police a utilisé les gaz lacrymogènes pour stopper la marche des étudiants.

(Photo : TSA)


11h38. Bouira, les étudiants manifestent et certains scandent des slogans hostiles à Gaid Salah

(Photo : TSA)


11h36. Alger, des étudiants incommodés par les gaz lacrymogènes devant le Palais du gouvernement. Les secouristes sont déployés et apportent leur aide aux étudiants touchés.

(Photo : TSA)


(Photo : TSA)


11h35. Alger, un dispositif policier impressionnant empêche les étudiants d’avancer vers l’entrée principale du Palais du gouvernement.

(Photo : TSA)


11h33. Constantine, les étudiants entament leur marche, de l’université Mentouri vers le centre-ville

11h32. Alger, devant le Palais du gouvernement, la police utilise les gaz lacrymogènes pour empêcher les étudiants d’avancer.

11h30. Un hélicoptère de la police tournoie dans le ciel d’Alger, ou se déroule la désormais traditionnelle manifestation des étudiants.

11h25. Alger, pour le 13e mardi depuis le 22 février, les étudiants manifestent en masse, pour exprimer leur rejet des présidentielles du 4 juillet et réaffirmer leur revendication relative au départ du système.

11h22. Bouira : les avocats scandent « y en a marre de ce pouvoir ».

(Photo : TSA)


11h20. Alger : rue Docteur Saadane, les étudiants ont réussi à faire reculer les policiers

(Photo : TSA)


11h18. Alger, Important cordon de police rue du Docteur Saadane. Premières grosses bousculades.

11h08. Alger, les étudiants se dirigent vers le Palais du gouvernement

(Photo : TSA)


11h08. Bouira : Rassemblement des avocats à l’intérieur de la Cour de justice en soutien au mouvement populaire.

11h07. Tizi Ouzou : les avocats et les blouses blanches dans la rue

11h06. Alger, le tunnel des facultés est fermé par la police

11h00. Alger, 21 mai : les étudiants dans la rue pour le 13e mardi de mobilisation contre le système

10h45. Alger, une pancarte brandie par un étudiant

(Photo : TSA)

10h39. Alger, la manifestation des étudiants a commencé

(Photo : TSA)


10h29. Alger, 21 mai : les étudiants dans la rue pour le 13 e mardi de mobilisation contre le système

10h28. Alger, les étudiants commencent à se regrouper devant la Fac centrale

(Photo : TSA)


10h10. Alger, la place de la Grande Poste quadrillée par un important dispositif de sécurité.

(Photo : TSA)


(Photo : TSA)


| Lire sur TSA : Les hommes de Bouteflika déchus de leur arrogance et couverts de honte

09h31. Boumerdes : les salariés du groupe ETRHB Haddad protestent contre les mesures de l’administration à leur encontre. (VIDÉO)


09h17. Discours de Gaid Salah : Sofiane Djilali dénonce « une tentative de reprise en main du hirak ». (VIDÉO : Mahrez Rabia)


Pour le 13e mardi consécutif depuis le début du mouvement populaire, les étudiants vont manifester dans la rue notamment pour exiger une transition démocratique sans les figures de l’ancien régime. Ce mardi, les manifestations étudiantes interviennent au lendemain d’un nouveau discours du général Ahmed Gaid Salah. Le chef d’état-major de l’ANP aura une première réponse de la rue à ces dernières déclarations.

Hier, depuis Ouargla où il effectue une visite, l’homme fort du pouvoir s’est montré inflexible. Pour lui, la solution à la crise actuelle passe par la tenue d’une élection présidentielle. Ahmed Gaid Salah n’a pas fixé de date pour le scrutin, ce qui laisse clairement supposer que l’élection du 4 juillet sera reportée.

La question est de savoir pour combien de temps ? L’armée semble pressée de voir un président civil « élu » prendre les commandes du pays. Ce sera ensuite à lui de prendre les décisions et mener éventuellement des réformes. Pour les décideurs militaires, c’est la seule façon d’éviter de prolonger le face-à-face avec la population. Aujourd’hui, l’armée est de plus en plus en première ligne face aux manifestants et les slogans hostiles à Gaid Salah sont nombreux dans les manifestations.

| Lire sur TSA : Après le discours de Gaid Salah : le dialogue de sourds continue entre le pouvoir et le peuple

Mais, comme le rappelle ce mardi, le secrétaire général du FLN dans un entretien à TSA, il sera difficile de tenir une élection présidentielle dans les conditions actuelles. « Le peuple demande une élection crédible et transparente. Mais pour que l’élection soit ainsi, il lui faut une commission indépendante d’organisation et de supervision des présidentielles. Ce qui n’est pas le cas en ce moment. L’autre revendication du mouvement populaire est la révision de la loi électorale », explique Mohamed Djemai.

Un travail législatif et un processus de dialogue seront nécessaires pour satisfaire ces deux revendications. Or, l’opposition et le mouvement populaire refusent de s’asseoir à la même table que Bensalah et Bedoui, considérés comme des symboles peu crédibles de l’ancien régime. Pour sa part, Ahmed Gaid Salah a affirmé dans son discours prononcé hier que l’armée refuse d’être directement impliquée dans un dialogue politique. L’impasse est presque totale.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close