search-form-close
Les Algériens déterminés à protéger leur révolution pacifique

Les Algériens déterminés à protéger leur révolution pacifique

23h30. Fin de ce direct.

21h11. Abdelaziz Rahabi : « il est difficile d’imaginer d’organiser des présidentielles le 4 juillet »

21H05. Mohcine Belabbas réagit aux dernières arrestations (Toufik, Said et Tartag) : « Je penserais que c’est sérieux le jour où Abdelazziz Bouteflika sera différé devant le tribunal comme accusé et Gaïd au minimum comme témoin. Le tir sur les ambulances, je le laisse pour les éternels retourneurs de vestes », écrit-il sur sa page Facebook.

20h25. Le RCD accuse le FLN de préparer des restaurants Rahma de solidarité durant le ramadan, avec comme objectif de gagner la sympathie de la population. Le député Atmane Mazouz appelle à les boycotter.

18h29. Via le live tweet de Dilem

18h06. Le mois de Ramadan commencera lundi en Arabie saoudite

17h15. Mohamed Djemai, SG du FLN : « nous soutenons totalement le chef d’État-major ». (Lire)

17h02. ALERTE – Said Bouteflika arrêté. (Lire)

16h38. Mohamed Djemiai, SG du FLN, salue la position de l’armée qui « a soutenu le peuple contre la issaba »

16h36. Mohamed Djemiai, SG du FLN soutient l’appel au dialogue lancé par Ahmed Gaid Salah

16h32. Alger : le Forum Raj « interdit » par la police

16h16. ALERTE – Les généraux Toufik et Tartag arrêtés. (Lire)

>>Lire sut TSA : Ces « bombes à retardement » qui compliquent la crise politique

14h20. Via le live tweet de Dilem

14h13. Ouyahia appelle au dialogue pour la tenue des présidentielles. (Lire)

13h55. Gaid Salah entame une visite en deuxième région militaire à Oran

13h35. La Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH) dénonce des « atteintes à la liberté de circuler » par le bocage des routes menant à Alger par d’« impressionnants dispositifs de la gendarmerie nationale », hier vendredi. (Lire)

>> Lire sur TSA : Lutte contre la corruption : un maire et des élus en détention provisoire à Oran

13h25. Alger, Ben Aknoun : des citoyens protestent contre l’octroi d’un terrain à Sonatrach

13h01. Gaid Salah est en visite à la 2e région militaire.

>> Lire sur TSA : « Le mouvement populaire s’engage sur une nouvelle phase politique »

12h15. Dans cette vidéo réalisée par le site Mostaganem Aujourd’hui, Mustapha Ghobrini enseignant à l’université de Mostaganem donne son analyse du mouvement populaire après le 11e vendredi de mobilisation contre le régime.

11h48. Bejaia : des habitants manifestent pour dénoncer la mauvaise gestion de la mairie

>> Lire sur TSA : Les manifestations du 11e vendredi vues par la presse étrangère

Révolte populaire : les cinq messages du onzième vendredi

09h32. Alger : des forces antiémeute sont déployés à Ben Aknoun en face de la Fac de médecine, et à Alger centre, notamment en haut de la rue Didouche Mourad.

>> Lire sur TSA : L’élection présidentielle du 4 juillet a-t-elle encore un sens ?

Des millions d’Algériens ont manifesté hier à travers tout le pays pour le 11e vendredi consécutif. Face aux manœuvres du pouvoir qui cherche à renaître de ses cendres à travers des règlements de comptes claniques, les Algériens sont déterminés à protéger leur révolution pacifique. C’est le principal message de la forte mobilisation du 11e vendredi. Les manifestants ont délivré un autre message : la mobilisation va se poursuivre durant le Ramadan qui commence lundi ou mardi prochains.

Hier, les manifestants ont scandé des slogans hostiles aux figures du pouvoir. Personne n’a été épargné : Abdelkader Bensalah, Noureddine Bedoui et désormais Ahmed Gaid Salah ont été pris pour cible un partout à travers le pays. Les trois ont en commun de vouloir imposer une solution dans le cadre de la Constitution, avec une élection présidentielle prévue le 4 juillet. Ce que rejettent les Algériens.

Pour les manifestants, toutes les initiatives annoncées par le pouvoir, y compris la fameuse opération « mains propres » menée par une justice qui est loin d’être indépendante vont dans le même sens, celui de la confiscation de leur révolution. Les manifestants en veulent pour preuve l’absence de poursuites contre Said Bouteflika ou d’anciens généraux influents impliqués dans la corruption et des transferts illicites vers l’étranger.

Les slogans hostiles au général Gaid Salah, plus nombreux ce vendredi que lors des précédentes marches, illustrent aussi une certaine lassitude de ce qui est perçu comme un double discours destiné au mieux à gagner du temps, au pire à tromper le peuple, pour lui imposer une solution dont il ne veut pas. Le patron de l’armée doit clairement choisir son camp : le peuple ou le système qui veut se régénérer à travers la prochaine élection présidentielle et visiblement avec l’appui de l’armée.

Désormais, les marges de manœuvre du pouvoir sont étroites. Des décisions pourraient être annoncées dans la semaine, dont probablement le départ du Premier ministre Bedoui. Mais elles risquent de s’avérer insuffisantes et donc rejetées par le peuple si elles ne sont accompagnées d’une réelle volonté d’aller vers une transition démocratique. Elles risquent d’être perçues comme une nouvelle manœuvre du régime, ce qui aggraverait la crise de confiance entre les deux parties.

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close