search-form-close
Dossiers de corruption : Abdelaziz Ziari charge Tayeb Louh

Dossiers de corruption : Abdelaziz Ziari charge Tayeb Louh

Abdelaziz Ziari, ancien président de l’Assemblée populaire nationale (APN), a accusé, ce dimanche 21 avril, l’ex-ministre de la Justice Tayeb Louh d’avoir dissimulé des dossiers de corruption.

« Il faut punir ceux qui ont couvert les dossiers de corruption et qui les ont mis dans des tiroirs et ne les ont pas sortis. Je pense au dernier ministre de la Justice », a-t-il déclaré sur TSA Direct.

Tayeb Louh a-t-il couvert des affaires de corruption ? « C’est ce qui se dit à travers le pays, partout. Il a accordé la couverture politique. C’est ce qui se dit à propos d’un certain nombre de dossiers. Il faudra au pouvoir politique qui va s’installer plus tard de voir la-dedans et chercher si des dossiers de corruption ont été gelés et pour quelle raison », a-t-il appuyé.

M. Ziari a cité le dossier de Sonatrach. « Le ministre de la Justice avec qui j’ai siégé au gouvernement (Mohamed Charfi en 2002) a déclaré qu’on lui a demandé de mettre le dossier de Chakib Khelil dans le tiroir pour qu’il reste ministre. M. Charfi peut en parler », a suggéré Abedelaziz.

« Un déchaînement de corruption »

« Il s’agit de choses inacceptables. Maintenant, si les gens sont blancs, il n’y a pas de raison de laisser leurs noms traîner dans les journaux. Beaucoup de choses sont passées durant la période où le président de la République était malade. Profitant de cette indisponibilité, des forces obscures ont tout fait pour dévier et dénaturer les missions de l’État dans tous les domaines. Par forces, j’entends autant d’hommes d’affaires et de lobbys puissants que d’intérêts. Elles ont donné un visage hideux de l’État. Dès que le président est tombé, cela a commencé. Il y a eu un déchaînement de corruption durant le dernier mandat de Bouteflika. C’est cela qui a fait sortir les Algériens dans la rue », a soutenu Abdelaziz Ziari.

Et d’ajouter : « Je suis contre les règlements de comptes, mais je pense qu’il faut rendre des comptes. Que la justice fasse son travail d’une manière sereine, pas de complaisance avec qui que ce soit. Ceux dont la responsabilité a été prouvée doivent payer selon la loi qu’ils soient hommes d’affaires ou hommes politiques. Que les choses se fassent d’une manière régulière et sérieuse. La bataille contre la corruption et les corrompus va être dure ».

  • Ailleurs sur le Web

  • Les derniers articles

close